"La nuit de la culture giennoise N°2" vous présente la Loire en majesté !


Vous voulez voir la Loire en prenant de la hauteur ? Alors n’hésitez pas à visionner le documentaire réalisé par un collectif de giennois qui ont voulu nous raconter le fleuve de bien belle manière, notamment avec des prises de vue soignées et des images de drones que l’on doit aux deux photographes et complices Nathanaël Charpentier et Samuel Dejours (L’Atelier des photographes à Gien). À voir sur Youtube : La Nuit de la Culture Giennoise [N°2]

Jean-Marc Lancelot, le réalisateur, explique que « la Loire est belle en images et pour nous c’était important de le montrer grâce aux talents des photographes. Et puis, dans l’équipe on a un historien, Antoine Estienne, qui nous a proposé de nous raconter en situation des histoires sur la marine de Loire et les mariniers. Il nous explique ainsi pourquoi les arches du pont de Gien n’ont pas toute la même hauteur. »

Pour réaliser le documentaire « sur la Loire » l’équipe a fait appel à l’association de mariniers Les Fis d’Galarne qui ont collaboré avec plaisir en faisant démonstration de leur savoir faire. Les conditions étant favorables, les mariniers ont conduit leur embarcation « toute voile dehors » pour passer sous la grande arche du pont de Gien.

Jean-Marc Lancelot remarque que si on à la Loire sous les yeux au quotidien, on n’en connaît pas pour autant son histoire. Grâce à Antoine Estienne vous allez notamment comprendre comment des « trains de bateaux » propulsés à la voile réussissaient à passer sous le pont en baissant et en relevant tour à tour leur mat et leur voile. Une opération qui demandait une coordination parfaite !


Nathanaël Charpentier en tournage avec l’historien Antoine Estienne


Les Fis d’Galarne à la manoeuvre !

Jean-Marc Lancelot, Justine Thomas et Samuel Dejours, membre du collectif « Nuit de la culture giennoise », le soir de la première diffusion du documentaire sur Facebook.


À LIRE : Sur les bords de Loire, une journée découverte pour 25 euros (restau compris)