Rugby - USM Montargis-RC Gien : l'explication des voisins, les 10 et 24 avril...


L’USM Montargis et le RC Gien s’affronteront à deux reprises ; le 10 puis le 24 avril, au cours des phases finales du championnat de Promotion d’honneur. L’enjeu de cette double opposition : une place pour la finale. Ce sera un duel un peu particulier pour deux hommes : Loïc Aubert et Kévin Lassalle. Parce que le premier (46 ans) fut l’éducateur du deuxième. Avant qu’ils n’évoluent ensemble en seniors sous les couleurs de Montargis. Kévin Lassalle, l’entraîneur des arrières du RC Gien défiera l’USMM, un club au sein duquel l’homme de 32 ans a vécu une vingtaine d’années. Il retrouvera Loïc Aubert, son ancien coéquipier…


Loïc Aubert
(coach des lignes trois-quarts de Montargis)
« Pas de calculs, on jouera nos chances à fond… »

Dans quel état d’esprit se trouvent les joueurs ?

On a vécu quatre défaites d’affilée, période pendant laquelle il était compliqué de gérer le moral des joueurs. Puis, la situation a évolué en enchaînant trois victoires. On se qualifie pour les phases finales de belle manière. On a montré que l’on était présent.


Le niveau de l’équipe s’est-il amélioré au fil des matches ?

À l’entame du championnat, l’équipe n’avait pas de plan de jeu. On avait mis en place des trucs avec Mohamed (Gaâloul, le manager), mais c’était peu structuré. L’identité s’est construite au fil de la saison. Et c’est pour cela que l’on a eu des défaites. On a des joueurs, on a tout le potentiel individuel, mais il manquait de la cohésion. On a travaillé plusieurs aspects. Aujourd’hui, on voit le résultat. Les joueurs commencent à connaître le plan de jeu. Et l’identité commence à être reconnue. Les bons résultats suivent. Et ça fait du bien au moral.


Quel est concrètement le niveau réel de cette équipe ?

Actuellement, on a un potentiel Promotion d’honneur /Honneur. Aller jouer en Fédérale 3 ? Je ne suis pas sûr que l’on soit prêt. La Fédérale 3 passe par la restructuration du club, par une entente chez les jeunes, c’est-à-dire en cadets et juniors. On a déjà rédigé un plan de jeu de 40 pages pour les seniors. On va le décliner pour les juniors et les cadets. On le présentera aux clubs qui feront potentiellement une entente avec nous.


Un gros travail a été effectué depuis quelques années…

Quand Mohamed Gâaloul (responsable technique) est arrivé en 2019, il y avait six joueurs seniors. Il a apporté de l’humain. On est passé de 5 à 55 licenciés seniors en trois ans. Le bilan ne peut être que positif. L’objectif sur les deux premières années était de reconstruire un groupe. On l’a fait. L’objectif cette année (2021-2022) était de réussir à avoir une équipe réserve. On l’a atteint. Les phases finales n’étaient pas forcément un objectif.


Justement, ce match contre Gien, comment s’annonce-t-il ?

On ne calcule pas. On prend les matches les uns après les autres. C’est sûr, on jouera nos chances à fond. On a mis un projet de jeu en place en incluant des règles de vie, des règles de groupe, la présence aux entraînements, les sanctions. Ce plan entrera en application l’année prochaine.


Kévin Lassalle (coach des lignes trois-quarts du RC Gien)
« On veut gagner le bouclier… »

Quel bilan faites-vous de la saison 2021-2022 ?

Ma plus grande satisfaction reste l’effectif. Nous avons près de 50 joueurs sur les deux équipes seniors. Un gros travail de recrutement a été fait. Aujourd’hui, nous avons du choix et de très bons joueurs. On a réussi à finir en tête (R2) avant l’entame de ces phases finales. C’est une très bonne saison, avec toutefois un goût amer. On aurait pu jouer les premiers rôles en phases de brassage.


Êtes-vous déjà en train de préparer la saison prochaine ?

Nous avons des joueurs qui ont évolué à des niveaux supérieurs (Honneur et Fédérale 3). On a de très bonnes individualités. C’est très jeune… En base arrière, le plus vieux doit avoir 25 ans. On a associé les juniors à notre projet tout en misant sur des anciens pour bénéficier d’une expérience complémentaire importante. On a rarement vu Gien à ce niveau d’évolution qualitative et quantitative. On peut jouer les premières places, l’année prochaine.

Comment allez-vous aborder cette double confrontation face à Montargis ?

Ce sera un beau derby. On veut gagner le bouclier pour récompenser notre bonne saison. Montargis a d’excellentes individualités. Une équipe jeune et fougueuse. On sera prêt le jour « J ».


Ce match est un peu spécial à titre personnel…

C’est vrai. L’USM Montargis, c’est toute une vie pour moi. Je connais l’entourage. C’est un club avec lequel je suis resté en bons termes. Aujourd’hui, je suis à Gien. J’ai envie de gagner. Mais que le meilleur gagne…

 

PUBLICITÉ