Portrait : à Montargis Boris Duchemin dirige le service jeunesse et sports


Il est au four et au moulin. Son agenda est copieusement plein. C’est le quotidien de Boris Duchemin. Le directeur du service jeunesse et sports de la ville de Montargis gère scrupuleusement sa mission. L’homme de 42 ans a tracé son… chemin. Rencontre.


Le téléphone n’arrête pas de sonner. Il est 9h15. Boris Duchemin est déjà d’attaque. « Les journées commencent généralement par des échanges avec le personnel. L’équipe maîtrise son agenda. Il existe une facilité de communication avec l’ensemble du service… », glisse Boris Duchemin, à la tête de quatorze agents à la municipalité de Montargis (service jeunesse et sports). Son téléphone personnel sonne à nouveau. « Une urgence à gérer… », dit-il. Sept minutes de conversation. « Excusez-moi ! Je risque de répondre souvent aux appels… ». Au bout du fil, un club sportif. « On nous demande des renseignements sur la mise en place du protocole sanitaire lié au Covid-19… ». À peine sa phrase terminée, Boris Duchemin répond à un collègue. « Tout est fin prêt ? », lui demande-t-il. Il s’agissait, là, d’une intervention dans une école primaire. « Il n’y a pas que le sport. On gère également la jeunesse… », sourit-il.


À la tête du service depuis trois ans…


C’est depuis trois ans que Boris Duchemin dirige rigoureusement le service jeunesse et sports de la ville de Montargis. « Je prends beaucoup de plaisir à mon travail… », concède-t-il. Son prédécesseur n’était autre que… Francis Cammal, l’actuel maire de Gien. « C’est lui qui m’a incité à passer mon concours. Travailler avec lui était une chance pour moi… », appuie Boris Duchemin. Montage des projets, gestion des équipements sportifs, suivi des travaux, mise en place des manifestations, organisation des stages, mise à disposition des éducateurs (salariés municipaux) au profit des écoles primaires et clubs, telles sont les principales missions du service jeunesse et sports de Boris Duchemin.

« Nous sommes en contact permanent avec les associations sportives de la municipalité. Nos relations sont au beau fixe. Le service essaie de satisfaire toutes les demandes venant des structures en les aidant financièrement grâce aux subventions et à la mise à disposition de nos équipements sportifs (gymnases, stades, terrains de tennis, etc… ».


Boris Duchemin, le sport coule dans ses veines…


C’est du côté de Neuville-aux-Bois que tout a commencé. « Entre le tennis et le basket, j’ai opté pour le sport collectif. J’avais 7 ans », raconte Boris Duchemin. Une carrière de basketteur qui lui aura réservé moult surprises. « Ce n’était pas un hasard. Mon oncle était basketteur de bon niveau à Neuville (N2), ma cousine, elle, était pro à Bourges… ». Son père, lui, aura accompli une trentaine d’années de « piges » bénévoles au sein de l’administration du club neuvillois. Boris Duchemin, le petit môme, évolua au fil des saisons. « On devait faire un championnat de France en cadets (lors de la 2e année), mais le club de Neuville nous a proposé de nous surclasser en seniors faute d’effectif. J’avais 17 ans », se souvient celui qui aura côtoyé le niveau pré-national et régionale 2…. Avant de briller en Nationale 3. « J’ai joué deux ans en N3. C’était un très bon niveau… ». Boris Duchemin décela, tôt, ses aptitudes d’entraîner. Joueur, il dirigea parallèlement des petites catégories. Des études de STAPS accomplies, des diplômes en poche, le club de Neuville lui propose un poste de coach et « d’agent polyvalent » en intervenant dans les écoles ainsi que dans des « petits » clubs autour de la ville de Neuville-aux-Bois. « J’ai ensuite été mis à disposition du club d’Amilly. J’intervenais une fois par semaine. J’ai appris à connaître les gens de l’agglo montargoise… ».


Joueur et entraîneur à l’USM Montargis


Boris Duchemin, vice-champion de France de basket-ball sur le banc de la sélection départementale des catégories U13, ne pouvait plus se cacher. Vite, l’USM Montargis le repérait, club qui l’embauchait pour jouer en seniors (D3) et… intervenir dans les différentes catégories. De son statut de joueur en N3 (Neuville), il se retrouva au 3e niveau départemental avec le club gâtinais. « Je me rappelle de mon premier match sous les couleurs de l’USMM contre Châtillon-Coligny. J’ai dû marquer une cinquantaine de buts… ». Au bout de quelques années, le club montargois monta en puissance, cumulant les montées. Boris Duchemin aura endossé plusieurs rôles dans son expérience sous le maillot bleu et jaune : joueur et entraîneur. « J’ai arrêté de jouer, l’année dernière (en équipe réserve… », souligne l’homme de 42 ans, père de trois enfants. Son meilleur souvenir avec l’USMM ? « Les championnats de France U15 (2e niveau) en Entente avec le club de Saint-Benoît-sur-Loire. Une sacrée aventure en tant qu’entraîneur… ». Bref, désormais, le directeur du service jeunesse et sports à la ville de Montargis vise à parcourir son… chemin pour mener à bien sa mission. « Nous faisons un travail d’équipe. Le mérite revient à tout le personnel… ». L’humilité, voilà l’autre qualité de Boris Duchemin…


SOUTIEN AUX BÉNÉVOLES DANS CETTE PÉRIODE DIFFICILE


Boris Duchemin ne badine pas avec… le bénévolat. « Il faut aider, accompagner ces clubs-là. Les bénévoles se donnent à fond pour leurs associations. J’ai une sensibilité particulière pour eux. Je tente de répondre au maximum à leurs besoins. Ce sont eux les moteurs qui font fonctionner nos structures… », clame-t-il. Par ailleurs, l’homme de 42 ans ne le cache pas. « Nous vivons une situation difficile face au Covid-19. Nous en sommes conscients. Les clubs, aussi. Des craintes existent. Des licenciés réclament le remboursement de leurs cotisations annuelles. Certaines structures sont à la peine… On verra. En tout cas, je suis un optimiste de nature. Le service organise des réunions avec l’adjoint à la jeunesse et aux sports (ndlr : Dominique Delandre). On essaie de trouver des solutions en proposant des activités… ». Et de préciser : « Il y aura une fin à cette pandémie, même si je concède qu’il y aura malheureusement des conséquences économiques… ».