Patronne du magasin SPAR à Montargis, Brigitte Roggiani, les défis comme source de motivation...


Elle est inarrêtable. « Si elle n’est pas là, c’est la fin des haricots », sourit Jérôme, son compagnon. Le regard rivé sur Brigitte. Elle, c’est avec audace et conviction qu’elle a décidé, en décembre 2017, de reprendre les rênes d’une affaire commerciale. SPAR Supermarché, magasin qui se situe place de la République à Montargis. « Je n’y serais jamais arrivée sans l’accompagnement de Jérôme », dit-elle. Humblement. Brigitte Roggiani ou la femme de défis.


Le téléphone se met à sonner. « SPAR Montargis, bonjour ! ». Brigitte doit interrompre l’interview. « Je dois aller livrer une commande pour une personne âgée ». Peu après, elle réapparaît. La course fut de courte durée. « C’est un monsieur qui a appelé pour sa maman. On essaie de répondre à toutes les sollicitations ». C’est le quotidien de Brigitte Roggiani. « La course contre la montre. Même pas un moment pour moi. Mais bon, j’aime ce que je fais. J’aime le contact, l’échange, le sens des relations », glisse cette Montargoise, mère de trois enfants.

« À fond la caisse depuis l’ouverture de SPAR… »

Entre Brigitte Roggiani et le commerce, c’est la grande histoire d’amour. « Pas que ! », glisse cette Bac+2 en commerce et comptabilité. « J’ai dû goûter à plusieurs domaines… ». La vente, la gestion commerciale, l’immobilier. « Ces expériences m’ont forgée ». « Elle ne recule devant rien », défend Jérôme. Viendra ensuite le lancement de SPAR, place de la République à Montargis. « Quelques jours avant noël 2017 », précise le couple. « Depuis, on est parti dans une aventure… À fond la caisse », raconte Brigitte. « La différence avec mes anciennes expériences ? Le fait d’être épaulée par Jérôme. C’est un vrai pro ». Pourtant, le démarrage fut lent. « Il y avait de la déception, au début. Le chiffre d’affaires ne montait pas… ». La situation allait bientôt évoluer. « Au bout d’un an, les choses se sont améliorées », rassure Jérôme.

« Une relation de proximité avec les clients… »

SPAR , après avoir posé ses jalons, s’est imposé au cœur de Montargis. « Forcément, des relations se sont installées au fil des années ». La proximité, c’est la force motrice de l’établissement. « Il faut faire preuve d’empathie, de courage », souligne Brigitte. « Mon quotidien ? Je n’y réfléchis pas. Pas de questions. Tu te lèves, tu sais à quoi t’attendre… ». Des journées pleines… « Avec parfois quelques contrariétés. Mais cela fait partie du métier ». Des liens se tissent au quotidien. « Elle me sauve la vie. C’est elle qui me livre toutes les semaines », glisse Marie-Claire, une cliente. « J’essaie de rendre service en assurant la livraison à notre clientèle de l’agglo. Les gens sont contents. Il m’arrive de prendre le café chez les personnes. C’est considérable ».

« Pas de vacances depuis cinq ans »

Du lundi au dimanche, c’est la grande mobilisation. « Mes dernières vacances remontent à cinq ans. Une grasse matinée, aussi. Mon dernier week-end ? Il y a quatre ans », cède Brigitte Roggiani. « C’est comme ça. Il faut être là ». « Elle nous rend service même les jours fériés. Elle est tout le temps ouverte », balance Philippe, un client. « Je suis impressionnée par son courage. Sa détermination. Le confinement nous a rapprochées (SPAR était ouvert). Contente de bosser pour elle… », conclut Ornella, son employée.


 

PUBLICITÉ