• Lyes Baloul

Natation : l'AS Gien veut maintenir sa force


Samir Zakaria rassure : « Le club ne subit pas de conséquences liées à la pandémie. Nous espérons maintenir notre bonne dynamique… », explique le président de l’AS Gien natation. Cette structure compte plus de 240 nageurs, soit une moyenne assez significative à l’échelle départementale.

« Nous n’avons pas de crainte par rapport à la baisse du nombre de licenciés… ». C’est le discours unanime au sein du club de l’AS Gien natation. Samir Zakaria, 42 ans, ancien nageur, élu président en juin 2020 en remplacement de Sandra Szczepanski, livre un discours plutôt positif quant à l’avenir de cette structure. « La subvention municipale reste identique à celle des années précédentes. Le club a décidé de faire un geste symbolique à l’égard de ses licenciés, en proposant un tiers de remboursement de la cotisation. Ce geste n’est pas systématique. Un athlète a plusieurs choix à sa portée. Tout se fait sous forme de volontariat et de solidarité. Le but est de maintenir le terrain de confiance entre le club et ses adhérents… », souligne Samir Zakaria. Celui-ci rappelle que les recettes de l’AS Gien, club qui ne dispose pas de salariés, ne repose pas sur les sponsors. « On en a très peu. Nous avons d’ailleurs désigné un membre de bureau pour s’occuper du partenariat », dit-il. Des masques ainsi que des tee-shirts ont été, récemment, financés – une partie – par un sponsor.



Sandra Szczepanski a passé lé flambeau de la présidence à Samir Zakaria en 2020


Stabilité remarquable en nombre de licenciés


La natation, le water-polo, la natation synchronisée et le triathlon, telles sont les principales activités régnant au sein de la formation de l’AS Gien. Cette dernière se positionne à la 3e place au niveau départemental (sur 13) et 15e sur 50 à l’échelle régionale (classement en nombre de licenciés). « Notre objectif repose sur le maintien de cet état de fonctionnement correct… », indique Samir Zakaria. Les cours ont repris, depuis le 5 janvier, du côté de la piscine de Gien. « Cette reprise concerne uniquement les mineurs, avec le respect le plus strict des gestes barrières. Les parents n’ont pas, par exemple, le droit d’avoir accès à l’intérieur de la piscine. Nous n’avons pas le droit de négliger ce dispositif de sécurité afin de garantir notre crédibilité… », rappelle Samir Zakaria. Le premier responsable du club de natation de Gien caresse le rêve de « pouvoir maintenir les activités pour les mineurs, en attendant le retour des adultes ». Deux entraineurs bénévoles veillent au grain du côté du club giennois. Il s’agit de Rachel Ostrogradsky et Delphine Meneau.


En attendant l'arrivée de la nouvelle piscine...


La municipalité l’avait annoncé : une nouvelle piscine verra le jour à Gien. Cette nouvelle ravit à plus d’un titre les habitants giennois, en général, et les responsables du club de natation, en particulier. Même si cette infrastructure n’arrivera que dans plusieurs mois, Samir Zakaria, le président de l’AS Gien ne cache pas son soulagement. « C’est sûr, cette nouvelle piscine ne fera que faire évoluer davantage notre club… », avance-t-il. Et de préciser : « Nos projets à long terme reposent sur l’arrivée de cette piscine. Ce sera un nouveau cycle pour le club. En attendant, nous savons que la piscine actuelle va fermer pour subir des travaux (2021-2022). Cela va être compliqué pour le club… Mais nous avons des idées pour pallier cette situation… ». En effet, l’AS Gien, afin de pouvoir maintenir le déroulement de ses compétitions, notamment les épreuves du triathlon et de natation synchronisée, pourra élire domicile dans des piscines avoisinantes. « Nous pensons à Dampierre, Briare, Belleville ou encore Montargis. On verra à quelle mesure nous pourrons solliciter le concours de ces clubs… », éclaire Samir Zakaria, président qui se satisfait du « retour progressif d’un certain intérêt à la pratique de la discipline de water-polo… ».