Monde sportif - Partenaires et clubs sportifs, le grand amour...


16 septembre 2021, remise de maillots par trois sponsors à l’équipe première féminine de handball de l’USM Montargis. Peu importe le principe, mécénat ou sponsoring, ces gestes de bienfaisance sont de grande valeur au sein des clubs sportifs. En cette période de crise sanitaire, le taux de contribution des donateurs au profit de ces structure a relativement baissé… Mais la dynamique reste tout de même intacte. Au grand bonheur du monde sportif amateur.

Comment ça marche ?

Le mécénat. C’est un don d’une entreprise, peu importe sa taille (grande, moyenne, petite), ou d’un particulier à une association ou une activité d’intérêt du bien commun (général). Cet appui peut s’effectuer en argent, en nature ou en compétences. Ce soutien se réalise entre une société (ou particuliers) sans aucune contrepartie économique, publicitaire avec le bénéficiaire (association).


Sponsoring (parrainage). Un soutien financier ou matériel apporté par une entreprise à une association en échange de différentes formes de contreparties (promotionnelle, visuelle).


Les avantages fiscaux.

Pour le mécénat, une déduction d’impôt de 60% s’établit sur chaque don dans la limite de 0,5% du chiffre d’affaires. Concernant le sponsoring (parrainage), ce partenariat est considéré comme une opération économique exercée avec une contrepartie, cette dernière étant soumise à la TVA.



Adriano Marlin (coach et responsable partenariat à l’USM Montargis handball féminin). « Je m’occupe de la partie partenariat de l’USM Montargis depuis le début du mois de juin dernier. Un poste que j’occupais auparavant au HBC Gien. C’est un investissement à temps plein qui demande énormément de travail et d’organisation. Généralement, j’essaie de me déplacer ou de contacter un potentiel partenaire par mail. J’essaie d’avoir un interlocuteur. C’est très important. Une fois que le rendez-vous est acté, je me déplace au sein de l’entreprise pour la troisième étape, à savoir la présentation du projet du club (USMM). Chaque commercial a sa propre technique. Moi, je privilégie le côté humain. Je fais en sorte pour que le partenariat repose sur du gagnant – gagnant. La quatrième étape définira le type de partenariat en fonction des besoins de l’entreprise… ».



Juana Hemery (à gauche sur la photo, gérante de Pano Sign Service à Amilly et partenaire d’Amhanda). « Je suis partenaire d’Amhanda car mes deux fils jouent au club et parce que moi-même je pratique le handball quand le temps me le permet. Le sport , ça me défoule, ça me vide la tête, ça m’apporte un équilibre. Avec la crise sanitaire, être sponsor, c’est une histoire de motivation. Je pense que si vous aimez le sport et que vous avez envie de soutenir le monde associatif, il faut le faire. Bien sûr, il y a des entreprises qui subissent beaucoup plus la crise que d’autres mais je pense qu’il y a quand même des entreprises qui continuent de progresser et qui peuvent donc être sponsor. »


 

PUBLICITÉ