"Ma grand-mère m'a appris qu'il n'y a pas de mal à être coquine"


La photo en Une de notre magazine a été prise à Briare il y a quelques jours. Dans cette commune, comme dans une dizaine aux alentours, des artistes affichent des portraits de grand-mères avec un petit mot de leurs petites filles qui commence toujours ainsi : « Ma grand-mère m’a appris… ». Cette exposition « dans la rue », conçue par l’association « les Mills » et soutenue par la communauté de communes Berry-Loire-Puisaye, a pour titre « Sorcières et magiciennes » et met en lumière la transmission entre grand-mères, mères et petites-filles qui a longtemps été une force des femmes.


Sur l’affiche en photo on peut lire ce témoignage d’une petite fille : « Ma grand-mère m’a appris qu’il n’y a pas de mal à être coquine ». Sur une autre affiche on peut lire aussi : « Ma grand-mère m’a appris à me battre pour ce que je pense être juste. » Cette exposition n’a rien d’un manifeste féministe et c’est un peu par hasard qu’elle se trouve installée en ce début mars, au moment où la date symbolique du 8 mars nous rappelle qu’une fois par an il y a « la journée internationale des droits des femmes ». Cette exposition n’a pour objet que la transmission de savoirs entre différentes générations de femmes. Pour autant elle témoigne aussi subtilement que question « droits des femmes », c’est pas encore gagné !


Pour ce numéro de mars vous pourrez découvrir l’interview de Sylvie Braibant, une ancienne journaliste de TV5 Monde qui a été la créatrice du portail « terriennes » qui traite de l’actualité de la condition des femmes (voir : https://information.tv5monde.com/terriennes). Si vous voulez découvrir ce qui se passe dans le monde, quotidiennement, n’hésitez pas, vous serez servis… Mais vous pourrez aussi découvrir ce qui avance, particulièrement en France, notamment grâce aux nouvelles mesures maintenant en vigueur depuis le 1er mars avec l’obligation pour les entreprises de plus de 50 salarié.es de publier leur « index égalité femmes-hommes ». Cet index doit permettre de mesurer si les femmes ont, par rapport aux hommes, la même chance d’avoir une augmentation et d’obtenir une promotion. L’index étudie aussi si l’augmentation de salaire est garantie au retour de congé maternité et également si la parité est de mise parmi les dix plus hautes rémunérations de l’entreprise. Le 8 mars le gouvernement devrait publier l’analyse des index 2021. On peut toujours espérer avoir une bonne surprise…