Handball – Olivier Krumbholz : « Pauletta Foppa a le don pour le handball… »


Des mots forts, pleins de sincérité et d’objectivité. Le sélectionneur de l’équipe de France féminine de handball Olivier Krumbholz a accepté de répondre aux questions du Connecté.fr au sujet de la Montargoise Pauletta Foppa (20 ans), la récente championne olympique avec les Bleues (JO – Tokyo). Exclusivité. Interview.

(photo : FFhandball / IconSport)

Olivier, avec le recul, que retenez-vous de ces Jeux Olympiques de Tokyo ?

On a réalisé un résultat exceptionnel et méritoire. L’équipe a répondu présente dans les moments que j’appelle ultimes (sourire). On a mal débuté la compétition… On a rencontré des difficultés à trouver le chemin commun entre nous. On a finalement su aboutir à des résultats que tout le monde espérait. Je retiens du positif. On a fini par imposer de larges dominations à nos adversaires, avec à la clé de belles performances. On a souffert ensemble. Je suis heureux de la finalité…

Vous avez sélectionné Pauletta Foppa, pour la première fois, en 2018… Quelle joueuse était-elle, déjà, à ce moment-là ?

J’ai détecté un gros potentiel, chez elle. Je l’ai sortie du collectif junior avec bien évidemment l’accord de son sélectionneur. Je l’ai fait propulser… L’Euro 2018 en France l’a aidé à s’imposer. Son potentiel est exceptionnel. Mais un pivot ne peut briller que si ses partenaires excellent… C’est un ensemble.

Et vous avez suivi son évolution…

En effet. On l’a suivie, observée. Elle a fait beaucoup de progrès. Pauletta (Foppa) a fait l’excellent choix d’opter pour Brest (Ligue Féminine). Ce club correspond à son profil, à son style de jeu et aux ambitions de Pauletta. Puis, elle a énormément progressé en équipe de France. On a senti qu’elle était à fond à l’entraînement. Elle pesait sur le jeu… Avec ses capacités à caractère mondial, elle n’a fait qu’évoluer…

Avant l’entame des Jeux Olympiques, aviez-vous, déjà, une idée sur ses futures performances ?

Pauletta est une joueuse qui ne se prend pas la tête. Elle a ce côté nature, simple. Elle dégage une image de solidité. Sa maturité est en avance. Oui, je savais qu’elle était prête pour ces JO. Les consignes données aux joueuses étaient de jouer autour d'elle, de la servir, de la mettre dans de bonnes conditions. L'équipe a fait le travail. Pauletta, aussi.


Justement, quel rôle joue-t-elle au sein de l’effectif de l’équipe de France ?

Elle a fait sa place assez rapidement. C’est quelqu’un qui est de bonne humeur en permanence. Elle n'en fait pas des tonnes. Elle fait partie des joueuses majeures de l’équipe. Et le sera durant plusieurs années… Elle est stable, appréciée par l’ensemble de l’équipe. Elle occupe une grande place dans le groupe. Elle sera appelée à être leader, en dehors du terrain. Puisque, sur le terrain, elle l’est, déjà…

Quelle est objectivement sa réelle valeur mondiale ?

C’est le meilleur pivot de ces JO. C’est toujours particulier de dire si c’est la meilleure à son poste. Tout dépend de plusieurs paramètres… Une chose est certaine : elle fait partie des meilleurs à l’échelle mondiale. Elle est tellement adroite dans son jeu, capable de chopper le ballon, en haut, en bas. Le tout avec une rapidité exceptionnelle. C’est clair, ça fait déjà un moment que son potentiel est identifié…

Que doit-elle améliorer dans son jeu ?

Elle a une grosse marge de progression en défense. C’est une exigence en équipe de France. On va travailler ensemble. On progressera également les timings et les démarquages. Mais je n’ai aucun doute : cette fille a le don pour le hand… Elle a réussi à soigner les détails en se prenant en charge.

Avez-vous un message à lui transmettre ?

Bravo, tout simplement (sourire)…