Handball - Mondial - Olivier Krumbholz : " Pauletta Foppa ? Elle est surveillée par tout le monde !"


C'est un Olivier Krumbholz plutôt serein, satisfait, que nous avons pu joindre ce mercredi soir. Le sélectionneur de l'équipe de France féminine estime que ses joueuses assument convenablement leur statut de championnes olympiques (l'été dernier), elles qui entament ce mondial d'Espagne par trois victoires respectivement face à l'Angola (30-20), la Slovénie (29-18) et le Monténégro (24-19).

(Photo : FFhandball/IconSport)


Les Bleues terminent premières de leur poule et sont désormais qualifiées pour le prochain tour de ce championnat du monde. Et ce, même avant qu'elles n'affrontent la Pologne (le 9 décembre), la Serbie (le 11 décembre) et la Russie (le 13 décembre). Les filles d'Olivier Krumbohlz ont tremblé lors du troisième match, mardi, lorsqu'elles les Monténégrines tenaient la dragée haute aux coéquipières de la Montargoise Pauletta Foppa. " On a remporté un match compliqué avec beaucoup de tensions...", concède le sélectionneur de l'équipe de France, champion olympique qui a reçu récemment la médaille de l'Ordre national du mérite.


Olivier, c'est toujours compliqué d'enchaîner après un titre olympique, n'est-ce pas ? Effectivement, ce n'est pas évident d'assumer après avoir gagné un titre olympique. Mais les filles ont du répondant, beaucoup de ressources. Je reste globalement satisfait de ce démarrage...


Vos joueuses ont d'ailleurs livré un match laborieux face au Monténégro...

En effet, on aurait pu perdre ce match. Mes joueuses ne sont pas bien entrées dans ce match. On a joué face à une équipe solide, très présente. Le Monténégro pratique un jeu qui ne nous convient pas. Cette équipe garde trop le ballon. Mon équipe préfère les adversaires qui percutent... C'était un match tendu. Il y avait de l'énervement. Il fallait trouver de la lucidité, du calme, de la sérénité... Mes joueuses ont finalement eu une belle réaction. Elles ont terminé courageusement, sérieusement la partie.


Ce mondial reste indécis, avec des équipes qui risquent d'aller jusqu'au bout...

Oui, on est dans la poule la plus difficile. Mon équipe est qualifiée pour le prochain tour au bout de trois matches. Je ne peux être que satisfait. On savait qu'on allait avoir un parcours difficile. On a enchaîné beaucoup de compétitions depuis 2016. Je sens un peu de lassitude au sein de mes joueuses. C'est normal. Mais plus on gagne plus nos ambitions grandiront. J'ai un groupe de qualité, avec une mentalité de combattantes.


Comment jugez-vous les prestations de Pauletta Foppa lors de ces trois matches ?

Pauletta (Foppa) est égale à elle-même. Une joueuse sérieuse, travailleuse, combative... Elle a fait des JO exceptionnels. On sait qu'elle est surveillée par tout le monde. Par tous nos adversaires. Il est vrai que, là, elle est moins bien. On constate un peu de surmenage chez elle mais on la ménage, justement, pour qu'elle excelle davantage. Le talent est là. Je suis très confiant pour elle...


 

PUBLICITÉ