Giennois - En taillant les vignes, paroles de vignerons (millésime mars 2022) avec Poupat & Fils


Le domaine Poupat & Fils est une institution. Car la famille Poupat est l’une des plus anciennes familles vigneronnes du Giennois. Vers 1650, l’aïeul, qui se prénommait Nicolas, cultivait déjà la vigne dans la région. 370 ans plus tard la famille est toujours ancrée sur le terroir du Giennois. A l’entrée de Briare (en venant de Gien) la cave au lieu dit « Rivotte » accueille les visiteurs. Philippe, le père, et Xavier et Damien, les fils cultivent 11,75 hectares de vignes dont 4,65 ha de Sauvignon, 3,9 ha de Pinot Noir et 3,2 ha de Gamay. L’essentiel des vignes est implanté sur une terrasse dominant Gien et la Loire, sur un climat appelé « Le Trocadéro ». C’est là que nous nous sommes donné rendez-vous pour bavarder…


« Ah ! Voilà du renfort ! » C’est par ces mots qu’ils m’accueillent. Les trois Poupat & Fils, aidés d’un ouvrier sont en train de tailler les vignes. Et tout de suite Philippe, 65 ans, explique : « On n’arrive plus à trouver de personnel pour ce boulot… alors on le fait ! ». Xavier, 35 ans, avoue ne plus comprendre : « On reçoit des CV. On rappelle les candidats pour discuter, et il ne décroche jamais où ne répondent pas à nos messages… » C’est un travail trop dur ? « Non, c’est un travail au grand air ! », sourit Damien, 29 ans.


Comme tous les vignerons des Côteaux du Giennois, ils regardent la croissance de leurs vignes attentivement et me font remarquer que les bourgeons sont bien avancés en cette fin mars. « Ça ne devrait pas être comme ça », remarque Philippe. « On espère qu’on ne va pas avoir le gel comme l’année dernière… » L’année 2021 a été une année noire pour les Coteaux du Giennois. Selon les derniers chiffres de l’Association viticole des Côteaux du Giennois, les vignerons ont perdu en 2021, 55% de leur récolte par rapport à la récolte 2020. « On connait ce risque, on y est habitué », dédramatise Philippe, « Et on est toujours là ! La maladie de la vigne, les conditions climatiques, on fait avec… C’est pas comme le Covid… » Dans les rangs de vignes les visages s’assombrissent en peu.


Comme pour beaucoup de vignerons le domaine Poupat & Fils commercialise une partie de sa production dans les foires et salons. En 2020, confinements et restrictions sanitaires ont conduit les organisateurs à annuler leurs événements. « Avant on pouvait en faire une quarantaine par an », explique Damien. Et de préciser : « En 2020 c’était pratiquement rien, en 2021 à peine une vingtaine. On va voir 2022, mais on constate que dans les salons et foires il y a moins de monde. C’était le cas la semaine dernière à la foire de printemps de Montargis ». Nos vignerons n’auraient-ils pas le moral ? Philippe veut rester philosophe et résume : « En 2020 nous n’avons pas vendu à cause du Covid et nous avons eu un stock important. En 2021 la récolte a été très mauvaise, nous avons moins produit, mais d’une certaine manière ça nous permet aujourd’hui de vendre les stocks des précédentes récoltes. On s’adapte ! ».

 

PUBLICITÉ