Gien - Samedi 14 mai : Festival des Coteaux du Giennois... La vigne et les vignerons à l'honneur !


Ce Festival des Côteaux du Giennois va éclairer d’un coup de projecteur une activité viticole que tout le monde croit connaître sur le territoire mais dont beaucoup de Giennois n’en mesurent pas l’importance. Il est vrai que c’est plutôt un peu plus en amont de la Loire, à Bonny-sur-Loire, que les amateurs se retrouvent tous les étés lors de la fête des vins des Côteaux du Giennois. Cette année ce rendez-vous en sera à sa 66ème édition… À Gien, question « culture vin », beaucoup reste à faire. Mais visiblement ce festival, le 14 mai prochain, est pensé comme un point de départ de reconquête du terroir. En ligne de mire, renforcer l’image viticole du territoire et pourquoi pas développer loenotourisme, à savoir un ensemble de prestations touristiques orientées vers la découverte du vin, des terroirs, et de la culture viticole. La ville de Gien et les vignerons, auraient tout à y gagner.


Emmanuel Charrier co-président de l’Association viticole des Coteaux du Giennois qui regroupe 40 exploitants est enthousiaste : « Ça fait plaisir de voir cette mobilisation à Gien et les moyens mis en oeuvre par les partenaires de ce festival. C’est un événement qu’on attendait depuis longtemps car Gien semblait ne pas s’intéresser plus que ça aux Coteaux du Giennois. Mais il est vrai aussi que parmi les adhérents de l’association nous n’avons pas tous les mêmes manières de commercialiser notre production, et donc d’en faire la promotion. Certains, comme moi (Domaine de l’Epineau à Saint-Martin sur Nohain) , recevont des particuliers, faisons de la vente directe, et aimons partager notre culture viticole. Pour d’autres exploitants, en raison de pratiques commerciales plus axées sur le négoce, le lien entre développement touristique et terroir viticole est plus ténu. À Gien, le 14 mai, nous seront une dizaine d’exploitants. C’est un bon début. Il faut tenter cette première pour que les Giennois s’approprient enfin cette culture viticole et qu’on puisse avancer ».



 

PUBLICITÉ