Football - Nostalgie (Coupe de France) : Amilly (DHR) - Changé (CFA2), le 23 novembre 2008...


Il était une fois un 23 novembre 2008. Le lieu : stade Georges-Clériceau, à Amilly. Temps pluvieux. Un froid glacial s'abattait sur le Gâtinais, s'accompagnant de grêle et de fortes rafales de vent. 500 supporters avaient bravé ces conditions météo. Parce que les J3 Amilly, pensionnaire de division d'honneur régionale (DHR), visaient, ce jour-là, une qualification pour le huitième tour de la Coupe de France. Mais l'US Changé, formation évoluant en CFA2, en a décidé autrement. Score final : 0-2. L'aventure amilloise s'arrêta au septième tour. Et ce fut, bien entendu, une louable performance pour la bande de copains dirigée par le technicien Xavier Beaumel. Composition amilloise : Savart, Février (Yildrim), Brun, Bézille, Cousin, Kara, Diop (Jobet), De Michelis, Outauf (Barcena), Ballot, Salmi. Non utilisés : Campagna, Cobret. Ils ont quitté la Coupe de France par la grande porte. Cette génération amilloise, version saison 2008-2009, aura marqué les esprits. Conduite par Xavier Beaumel, cette équipe-là forçait le respect. Malesherbes et Dreux, deux formations évoluant à cette période-là en CFA2, ou encore Lucé Amicale (DH), firent partie des proies des " lions " des J3 Amilly en Coupe de France. " Un très bon souvenir d'un très bon parcours et l'élimination de trois équipes d'un niveau supérieur...", raconte Xavier Beaumel. Lequel ne le cache pas. " J'ai un grand regret : celui de ne pas être allé observer Changé, le week-end précédent, en championnat (CFA2), alors que j'en avais la possibilité...". Et d'appuyer : " J'aurais identifié leurs points forts et notamment un numéro 10 de bon niveau. Nous avions de vrais atouts notamment en attaque, même si l'équipe de Changé était globalement supérieure à la nôtre...".

Joël Brun : " J'en ai encore des regrets..."

Au poste de défenseur central, Joël Brun se souvient de la visite de Changé, en terres amilloises. " On en a parlé, il y a quelques jours, avec des copains. Cette défaite, j'en ai encore des regrets. On a mal négocié notre match. Trop en confiance, pas assez de rage dans la bataille. On avait éliminé trois adversaires supérieures grâce à une chose : l'envie. Contre Changé, on s'était montré trop tendres. On n'a pas su jouer notre football. Pour moi, Malesherbes ou encore Dreux étaient plus forts que Changé...". Joël Brun, désormais sur le banc d'une équipe jeune dans le sud de la France (Pignans), n'est sûrement pas insensible à ce huitième tour de Coupe de France, samedi, opposant son " club de coeur " à Quevilly-Rouen. " Ils ne faut pas les voir trop beaux. Prendre du plaisir. Jouer son football sans le moindre calcul...", glisse-t-il.

Mamadou Diop : " La rigueur tactique a fait la différence..."

C'est avec une touche émotionnelle que Mamadou Diop aborde le sujet Amilly - Changé, disputé le 23 novembre 2008. " J'avais 19 ans. Quelle saison ! ", sourit-il. " Je me rappelle d'une équipe de Changé beaucoup plus fluide dans le jeu. Très disciplinée. La rigueur tactique a fait la différence sur ce match-là...", explique l'ancien milieu défensif. Et de préciser : " Changé était composé de joueurs issus du centre de formation du FC Nantes...". Fait marquant lors de cette confrontation : " L'adversaire a débarqué chez nous (Amilly) avec un car de supporters. Ils ont rempli la moitié de la tribune...", souligne Mamadou Diop. Celui-ci en est convaincu. " Si le public d'Amilly donne de la voix, ce samedi, la donne pourra changer. Ça pourra être déterminant, motivant pour les joueurs...", estime l'actuel coach de 32 ans des U15 d'Amilly (R2).

Serhat Yildrim : " Ce match ? Un de mes deux meilleurs souvenirs de ma carrière..."

Tout juste promu en seniors, Serhat Yildrim imposa son talent. " Un septième de tour de Coupe de France, une montée en DH (juin 2009)... Quand j'y pense, je me dis : quelle chance d'avoir participé à ce parcours ! ", défend le défenseur central des J3 Amilly. " Ce match contre Changé ? Un de mes deux meilleurs souvenirs de toute ma carrière...", juge celui qui remettra ça, en 2010, face à Cherbourg, sous le maillot de Malesherbes. Et de narrer : " Contre Changé, c'était un truc de fou. Alors que l'on était en train de s'échauffer, avant le match, on voyait arriver un car blindé de supporters... Impressionnant ! ". Sehrat Yildrim relève la qualité technique de la formation de la Mayenne. " On était peut-être sous pression. Mais en face, c'était costaud ". Le jeune homme de 31 ans en est certain. " Ce samedi ? Il faut que ce groupe profite au maximum de ce moment historique. Ça reste. Ça ne s'efface pas. Jouer un huitième tour, ça n'arrive pas tous les ans. Et pourquoi pas un exploit. Tout peut arriver dans un match. L'essentiel, c'est de ne pas avoir des regrets...", soutient ce licencié amillois qui songe à " retrouver les terrains...".

Vincent Savart : " L'adversaire était un ton au-dessus..."

L'actuel gardien de but de Saran (National 3) se souvient " avoir retrouvé un copain de Clairefontaine. Grégory Thomas, que j'ai retrouvé, plus tard, à l'USO. Le match, je n'en ai pas trop de souvenirs. L'adversaire était plus fort que nous, indéniablement. Je crois que l'on n'avait pas trop existé. C'était un ton au-dessus. Je me souviens par contre qu'ils arrivaient avec un bus de supporters. Il y avait de la grêle et de la neige. C'était dantesque...".

Cem Kara : " Un très bon souvenir malgré la défaite..."

L'actuel joueur de 36 ans de l'US Turcs (D2) a vécu " un moment inoubliable " en ce 23 novembre 2008. " On y pense, forcément. Un très bon souvenir malgré la défaite ", clame ce milieu de terrain. " Changé, ça allait très vite dans le jeu. L'adversaire trouvait rapidement les décalages. L'écart de niveau était là... Dans l'organisation technique, physique, c'était à 2000 à l'heure ". Et de conclure : " Pour samedi ? Il faut s'accrocher, sortir les crocs, bien défendre et jouer le coup à fond...".

 

PUBLICITÉ