Football – National 3 : Coquelin et Boudouh jugent la défaite d’Amilly face à Bourges…


Les Amillois ont mal débuté leur saison, dimanche, en subissant, à domicile, la loi de la réserve de Bourges Foot 18 (0-4). Le coach Guillaume Coquelin et son attaquant Fathi Boudouh décortiquent ce décollage raté…

« Il n’y a pas d’inquiétude… », a réagi Fathi Boudouh. L’attaquant de 22 ans aura été l’une des rares satisfactions lors de cette première sortie de la formation amilloise. « Certes, Bourges était un peu plus fort que nous. Mais on a eu plusieurs situations. On a manqué de concentration sur le plan défensif. L’adversaire en a profité pour marquer deux buts en trois minutes… », explique Fathi Boudouh. « Le résultat est logique… », estime Guillaume Coquelin, l’entraîneur des J3 Amilly. Lequel met l’accent sur les déboires vécus durant la période de préparation. « J’ai perdu des joueurs à cause des blessures. Le Covid-19 ne nous pas épargnés (4 cas)… Et à cela s’ajoutent des soucis administratifs liés à la qualification de certains joueurs. C’est une période peu évidente… Mais malgré ces paramètres, mon équipe a produit du jeu, notamment en première mi-temps. On aurait pu marquer sur plusieurs situations…On a manqué d’efficacité ». Ait-Bahadou (milieu), Khais (milieu) et Reindorf, trois cadres du groupe amillois, souffrent de blessures. « Dylan (Reindorf) s’est blessé vendredi… », note Guillaume Coquelin. Cruel.

« On n’est pas prêt mais une réaction s’imposera… »

Guillaume Coquelin le sait. « On n’est pas prêt collectivement… », glisse-t-il. Et de prévenir : « On se doit de travailler davantage pour se remettre sur les bons rails. On doit réagir. Vite… ». Fathi Boudouh, lui, en est conscient. « La réaction doit se faire dès ce mardi à la reprise des entraînements. On a une bonne équipe. Le climat est sain, l’ambiance est cool. Maintenant, certes, on a eu un démarrage difficile. On s’est effondré en deuxième mi-temps. Mais ce n’est pas inquiétant… On se relèvera… », jure le joueur amillois. Réponse, dimanche prochain, sur le terrain de la réserve de Chartres (2e journée). « Ce n’est jamais le meilleur moment pour rencontrer des équipes réserves… Mais on ne se déplacera pas en victimes expiatoires… », conclut Guillaume Coquelin.