Football – N3 : Amilly, entre désillusion et blessure d’Ait-Bahadou, à Orléans…


Sale soirée des Amillois, samedi, à Orléans. Parce que la réserve de l’USO s’est montrée intraitable, en National 3, face à la passivité des coéquipiers de Junior Ngazé. Les Orléanais ont infligé une sévère correction aux joueurs des J3 (6-0). Et ce n’est pas tout ! Abderrahman Ait-Bahadou a dû quitter ses coéquipiers à la 46e minute. Le capitaine amillois venait de contracter une méchante blessure aux cervicales.

(Photo d'archives)

Simple accident de parcours ou grosse carence collective ? La désillusion des Amillois sur le terrain de la réserve de l’US Orléans ne peut guère passer inaperçue. Que s’est-il passé ? Guillaume Coquelin a, d’abord, été contraint, une nouvelle fois, de composer avec ses interminables indisponibilités. « Sans ma défense centrale », en faisant allusion à Josselin Normand (raison professionnelle) et Dylan Reindorf (blessé). Mais l’entraîneur d’Amilly n’est pas du genre à se cacher derrière les prétextes. « L’USO était plus forte à tous les niveaux. C’est la meilleure équipe de N3 que j’ai vue jusque-là… », juge Guillaume Coquelin. Tout en défendant ses arguments. « Ils (les Orléanais) nous ont respectés jusqu’au bout. Ils ont fait preuve d’une totale implication, avec une mentalité top niveau… ». `

Les Orléanais réduits à 10 dès la… 3e minute de jeu

Pourtant, le scénario semblait être favorable aux Amillois. Parce que les Orléanais, épaulés par cinq joueurs professionnels (National), voyaient rouge peu après l’allumage (3e). « J’aurais préféré qu’ils restent à 11… », dit Guillaume Coquelin. Et pour cause : « Cette expulsion les a boostés. Ils se sont montrés hyper motivés, en redoublant d’efforts. Et surtout que l’on leur a laissé des espaces… ». Geoffrey Ernoult (douleurs) et Oumar Lah (blessure) sont restés sur le banc amillois, samedi soir. Tout comme Abdourahman Baldé, d’ailleurs. « Je retiens que l’on a subi une grosse faille individuelle et collective. L’équipe est en sous régime, à force de tirer au maximum. Je n’ai malheureusement pas de marge de manœuvre. Ce sont les aléas d’une saison… », regrette Guillaume Coquelin.

Ait-Bahadou, plus de peur que de mal…

On jouait la 46e minute lorsque le capitaine amillois Abderrahman Ait-Bahadou subissait une mauvaise chute à la suite d’un duel avec un joueur orléanais. « Il est mal tombé sur la tête… », raconte Guillaume Coquelin. Sur cette action, l’US Orléans creusait l’écart au tableau d’affichage (4-0). Le match s’est arrêté l’espace de 30 minutes (présence des pompiers). Ait-Bahadou va nettement mieux. "Plus de peur que de mal… », a-t-il réagi ce lundi matin. Résultat : grosse contracture aux cervicales. Durée d’indisponibilité ? « Je devrais reprendre cette semaine », souligne le jeune homme de 37 ans.


Réaction attendue en Coupe de France, dimanche…

Amilly enchaînera, dimanche 31 octobre, avec le sixième tour de la Coupe de France. Cet écroulement en terres orléanaises aura-t-il un impact négatif sur le voyage amillois à Déols, formation de National 3 ? « Je n’espère pas. Ce sera, certes, un match difficile, indécis. Mais nous irons là-bas pour réagir, nous qualifier, puis, reprendre correctement le championnat… », esquisse le technicien d’Amilly. Lequel pourra compter sur les retours de Josselin Normand, Geoffrey Ernoult et fort probablement Oumar Lah.