Et si on se projetait un peu... Peut-être... Quand même !


Comme vous pouvez le constater par ce titre de l’éditorial, toute l’équipe de « Tout Près Tout Proche » est plutôt dans l’expectative en ce début d’année 2021. Et - c’est la seule chose dont nous ne doutons pas - vous devez être dans le même état que nous ! Notre questionnement a d’ailleurs commencé en se demandant quels voeux on pourrait bien formuler à destination de nos fidèles lecteurs. Finalement on a tranché : nous vous souhaitons une « meilleure année ». Mais soyons honnête, on se sait pas très bien quand elle va commencer…

Parce que nous sommes prudents, nous avons retardé de quelques jours la sortie de ce numéro de janvier pour y voir un peu plus clair sur la situation sanitaire et les modalités de confinements et de couvre-feu envisagés ou non par le gouvernement. Jeudi dernier on a eu quelques réponses avec la conférence de presse du Premier ministre. D’abord, point positif, on ne constate pas encore un boom des contaminations post réveillons. On va peut-être avoir moins peur… d’envisager l’avenir. Ensuite, un point négatif : l’expansion (ou pas) du « virus variant britannique » sur notre territoire. Alors là, du coup, ça fait très peur… Bon, alors ? On fait quoi ? Finalement on a décidé de se projeter un peu, peut-être, quand même ! Parce que, sur notre territoire, nous avons pu constater que certains ne baissent pas les bras, qu’il y a toujours des projets dans les cartons, et que nous, journal gratuit de proximité, nous nous devions au minimum de relayer leurs actions et espoirs.


En principe, nous nous retrouverons en février. Mais dans quelques semaines tout peut encore changer et aller vers un confinement plus dur, comme pour les autres pays d’Europe. Pour la fête de la Saint-Valentin les Roméo et Juliette pourrait bien passer un mois, en tête à tête…

Nous tenons à remercier nos annonceurs pour leur fidélité. Sans eux, rien ne serait possible. Nous leur souhaitons à eux aussi une « meilleure année ».


2021 sera bien particulier pour nous tous. Car après nous avoir dit qu’on allait devoir vivre « avec le virus », on a enfin la possibilité de vivre « contre le virus ». C’est tout l’enjeu de la vaccination. Mais c’est vrai, en attendant, et pour des mois, on va encore faire avec …