Daniel Plaisance : "Écrire sur l'amour relève d'une alchimie complexe où l'inconscient prédomine..."


"Lettre de Jeanne à Antoine De Chauny, le 23 octobre 1792

Cher amour,

Mes yeux sont privés de la lumière des vôtres et n’ont eu d’autre usage, depuis votre départ, que de pleurer sans cesse sur mon infortune.

Depuis ce jour funeste, j’ai craint pour votre vie ; je redoute plus encore de vous perdre aujourd’hui, ayant appris que l’armée républicaine faisait marche dans votre direction. Je vous supplie de quitter Maestricht avant que la ville ne soit assiégée. Il vous faudra vous réfugier en Suisse. De grâce, faites m’en le serment. C’est le seul pays où vous puissiez espérer quelque sécurité.

Mes sœurs religieuses, qui savent l’état où votre absence m’a plongée, me recommandent de vous oublier. Mais elles ignorent ce qu’est l’amour terrestre. Tandis qu’elles prient pour mon âme et pour la vôtre, je reste dans cette cellule où nous nous sommes aimés et regarde désespérément votre portrait qui m’est mille fois plus cher que ma vie.

Vous le confierai-je ? Aussitôt que je vous ai vu, j’ai su que ma vie vous serait destinée. Dieu, qui m’avait placé sur votre chemin, nous séparerait en nous unissant dans l’amour que nous lui vouons. Mais Dieu est Bonté et je ne peux croire qu’il ne puisse un jour, après avoir éprouvé maintes fois notre passion, lier à jamais ceux qui s’aiment en lui.


« Il était trois fois la Révolution… et l’amour » de Daniel Plaisance, paru chez L'Harmattan en 2020.

Comment vous trouvez les bons "mots d'amour" ?

« Ecrire sur l'amour peut relever d'un exercice de style particulier (description d'une rencontre ou d'une scène d'amour physique), mais lorsque l'amour et sa complexité constituent la thématique essentielle, il s'agit d'inscrire le sentiment dans l'ensemble du texte et d'en imaginer l'évolution (on pourrait l'apparenter à une course de fond en athlétisme, l'exercice de style étant assimilé au sprint).

Ecrire sur l'amour relève d'une alchimie complexe où l'inconscient prédomine. Aux sentiments vécus s'ajoutent toujours le rêve, les fantasmes. Les personnages créés appartiennent à la fois à une certaine réalité et à la fiction la plus absolue. C'est un domaine très ambigu, qu'on ne maîtrise pas soi- même - ce qui en fait le charme…"

Son dernier ouvrage :

« Il était trois fois la Révolution… et l’amour » , paru chez L'Harmattan en 2020.





Sur les réseaux :

Le site de Daniel Plaisance https://danielplaisance.wixsite.com/danielplaisance

Site des éditeurs : L'Harmattan - Jérôme Do Bentzinger - L'Ecluse