D'un printemps et d'une guerre à l'autre...


Avouons-le, on ne l’avait pas vraiment vu venir cette guerre en Ukraine, tellement nous étions empêtrés dans cette autre guerre contre le Covid que nous avait annoncée notre président de la République au printemps 2020, il y a deux ans déjà. Cette guerre contre le virus n’est certes pas gagnée, mais au moins on pensait tous bénéficier d’une trêve, d’un « cessez-le-feu sanitaire » qui nous aurait permis de nous en remettre un peu mentalement, d’envisager l’avenir un peu plus sereinement, et pour les entreprises de reprendre une activité « normale ». C’était sans compter sans les soubresauts de l’Histoire. Concernant l’Ukraine, tous les spécialistes s’accordaient pour dire que depuis 2014 il y avait un risque d’escalade militaire avec la Russie de Poutine. Mais ils ont tous été surpris par la méthode : une invasion pure et dure avec pour objectif Kiev. Résultat, après un moment de sidération et d’incrédulité, tout le monde a compris que nous étions repartis pour un moment « grave ». Les humains de ce début de 21ème siècle sont donc saturés d’une charge mentale qui ne cesse de croître au fur et à mesure que les mauvaises nouvelles tombent : épidémie, guerre, bouleversement climatique, autant de causes qui affectent l’économie et donc nos vies. Aujourd’hui on souhaite la paix en Ukraine. Pour avoir un peu, peut-être, enfin la paix…


 

PUBLICITÉ


Mots-clés :