top of page

Défi sportif - Emmanuel Trinité, un curtinien dans la "Transportugal" du 15 au 22 mai


COMMUNICATION DE L’ASSOCIATION GOCYCLING 23


Emmanuel Trinité a 46 ans, marié, deux enfants, il est sapeur-pompier et habite Courtenay. C’est un sportif qui pratique le cyclisme en compétition (route et VTT). La TRANSPORTUGAL, il en rêve depuis des années. Il s’y était déjà préparé pour 2021 mais en raison des conditions sanitaires la course avait été annulée. Cette fois c’est la bonne !


Grâce aux sponsors et généreux donateurs, il a bouclé son budget (3500 euros) et début mai son matériel lui a enfin été livré, ce qui n’était pas évident dans le contexte. Rendez-vous donc au Portugal pour une course qui se tiendra du 15 au 22 mai. Emmanuel Trinité se confie à quelques jours du départ : « Depuis mi-décembre je suis à l’entraînement avec des séances intenses et régulières. Deux à trois fois dans la semaine il faut faire une heure à son maximum, et il faut rajouter une séance longue dans la semaine (minimum 3H30 de vélo) avec des tests d’alimentation et d’hydratation. Il faut se préparer à 8 jours intensifs sans journée de repos. La plus petite étape fait 85 km mais avec un dénivelé de 3000 m. La plus longue fait 190 km avec 1800 m de dénivelé. Au niveau alimentation, lorsqu’on prend le départ pour la journée, il faut avoir l’essentiel avec soi. On est vraiment en autonomie complète. Ma famille me soutient et actuellement ça les fait un peu rigoler car je fais attention à ce que je mange, à ce que je bois (rires). Je dois faire attention à tout pour être au top avant la course. Les quatre kilos que l’on peut perdre dans la préparation, ça sera toujours ça de moins à « grimper » dans les 16 000 m de dénivelé ! Le poids c’est important. J’ai changé mes roues, désormais en carbone, pour être plus léger et avoir un meilleur rendement. »

EN BREF : La « TRANSPORTUGAL » est une course d’endurance pour les cyclistes qui aiment l’aventure. La traversée du Portugal dure 8 jours, du nord au sud ; départ de Chaves, arrivée à Sagres, le point sud-ouest de l’Europe. En tout,900 km de course hors route, à travers des pistes forestières, des routes de gravier et des pistes escarpées au sommet des montagnes (16 000 m de dénivelé. Et pour corser le tout, les coureurs ne peuvent compter sur aucun signe, ruban ou flèche pour indiquer le chemin. Le guidage se fait par GPS et chacun doit être en autosuffisance (pas d’assistance durant les étapes).



Emmanuel Trinité appelle aux dons pour les orphelins des sapeurs pompiers : www.pompiers.fr/oeuvre-des-pupilles


























 

PUBLICITÉ




Comments


PUBLICITÉ

Capture d’écran 2024-05-06 à 19.11.48.jpg
Capture d’écran 2024-05-06 à 12.41.01.jpg
Capture d’écran 2024-05-06 à 12.46.30.jpg
Capture d’écran 2024-07-14 à 17.58.14.jpg
Capture d’écran 2024-07-14 à 17.59.43.jpg
Capture d’écran 2024-07-14 à 17.58.42.jpg
bottom of page