COVID-19 / Dans le Loiret le taux d'incidence a augmenté de près de 50% en 8 jours.


Après une stagnation à la mi-mars pendant quelques jours à un niveau d'incidence de 200 personnes contaminées pour 100 000 habitants, le taux d'incidence dans le Loiret a bondi de près de 50% en l'espace de quelques jours, dépassant le seuil d'alerte de 250 et à un niveau de 290,1 au 28/03.


Toutes les tranches d'âge sont concernées par cette hausse de contamination, mais de manières inégales.

Dans la population âgée le virus circule moins. Le taux d'incidence dans la population de 80 ans et plus est de 203 et dans la population de 60 à 79 ans il est de 164.

C'est dans la population active que le virus circule le plus et qu'on dénombre le plus de contaminations.

Le taux d'incidence pour la population du Loiret dans la tranche d'âge 20 à 39 ans est de 394 et pour la population âgée de 40 à 59 ans il est de 288.

Dans la population des moins de 20 ans le taux d'incidence est de 253.


Le fait que ce soit une population plus jeune qui soit la plus contaminée explique que les services de réanimation du Loiret ne soit pas actuellement en situation d'être débordé. Cette population développe en effet moins de formes graves de la maladie. Entre le 19 et le 30 mars le nombre de patients en réanimation pour Covid-19 était compris entre 44 et 56 et fluctuait chaque jour à la hausse ou à la baisse.


Pour autant le net accroissement du nombre de contamination depuis 8 jours risque d'entraîner, presque mécaniquement, une augmentation des hospitalisations en réanimation dans les hôpitaux du département. Les derniers chiffres fournis par l'Agence Régional de Santé (ARS) indique que pour le Loiret le nombre de personnes en réanimation est de 55 au 31 mars, soit 8 de plus que la veille, où on en comptait 47. Les hospitalisations dites "conventionnelles" pour Covid-19 sont passées de 107 à 115 (+8) en 24 heures.


En résumé:

Le pic de contaminations dans le Loiret n'est pas encore atteint et sans mesures supplémentaires pour contrer le virus l'épidémie va progresser. Dans les hôpitaux la vague n'est pas encore arrivée mais elle est à craindre dans les prochains jours.

Mots-clés :