Châtillon-Coligny - Le "plus dans la benne !" de la recyclerie créative


L’ENJEU GLOBAL : ÉVITER DE JETER DES OBJETS ET DES BIENS DE CONSOMMATION QUI PEUVENT RESSERVIR, CAR CELÀ ÉVITE D’EN PRODUIRE DES NOUVEAUX, CE QUI ENTRAÎNE UNE CONSOMMATION DE MATÉRIAUX ET D’ÉNERGIE.


L’ENJEU LOCAL : Comment concevoir cette « économie circulaire » de réemploi des objets entre des personnes qui ne se connaissent pas et qui n’ont pas de solution pratique pour éviter de jeter des objets encore réutilisables dans la benne à encombrants des déchetterie ? Comment les citoyens peuvent-ils s’organiser ?


Début 2015, à Châtillon-Coligny, les membres fondateurs de l’association « L’art en Sens » font le même constat. Ils sont éberlués de ce qu’ils voient partir dans la benne à encombrant de la déchetterie de Sainte-Geneviève-des-Bois : des centaines d’objets, encore réutilisables, mais promis à… l’enfouissement pur et simple, faute d’avoir même des solutions pour en récupérer les matériaux. Le mot d’ordre « Plus dans la benne ! » devient une évidence. Mais ça pose aussi une question complexe : « comment faire alors ? C’est quoi la solution ? ». En 2015 l’association était connue pour organiser un festival (« Les Insensés »). Un an plus tard elle va surprendre en ouvrant la première « Recyclerie Créative » d’importance en milieu rural. Entre temps… beaucoup de travail de préparation, avec la réunion de beaucoup de compétences.


Certains se sont chargés de répondre à un appel à projet « économie circulaire » de la Région Centre pour décrocher une subvention et pouvoir lancer le projet, d’autres ont fait le tour des collectivités pour présenter le projet. Mais il manquait un local pour à la fois stocker les objets et les vendre. Un super-marché, idéalement placé en centre-bourg avait fermé un an plus tôt. En quelques semaines un accord est trouvé avec les propriétaires des lieux : pas de loyer à payer pendant trois mois pour que l’association puisse tester son concept de recyclerie. À la mi-août 2016, c’est l’ouverture. Fin 2016 l’essai est concluant. Des bénévoles, avec l’accord des gestionnaires de déchetterie, passaient leur samedi en déchetterie devant la benne à encombrants. À la personne qui allait jeter un objet réutilisable dans la benne, le bénévole lui proposait d’en faire don à l’association avec la finalité affichée de le revendre à la recyclerie. Dans le magasin les prix pratiqués sont très bas. Mais de plus en plus de personnes deviennent des fidèles. Et les recettes augmentent. L’objectif était de créer une économie locale du recyclage, du « plus dans la benne !». En 2021 c’est chose faite. Depuis 2017 la Recyclerie Créative a créé deux postes à temps plein et deux à temps partiel.


Des bénévoles viennent toujours aider à la recyclerie. Mais désormais aucun d’entre eux (ni un salarié) ne va passer une journée à la déchetterie pour récupérer des objets réutilisables : ce n’est plus nécéssaire car toute la population environnante sait qu’un objet réutilisable, c’est à la recyclerie qu’il faut l’apporter ! Le Recyclerie Créative de Châtillon-Coligny est devenue une petite institution. Le vendredi matin, jour du marché, les gens se pressent pour découvrir « les nouveautés ». D’autres se servent de la recyclerie comme d’une médiathèque. Ils ramènent des livres qu’ils ont acheté la semaine précédente à la recyclerie, ils en font alors don, et en achètent des nouveaux…