top of page

Caserne Gudin : des recours pour éviter la démolition


Samedi matin (12 décembre), lors d'une conférence de presse, le groupe "Montargis pour Tou-te-s" représenté par Bruno Nottin et le "Collectif Gudin" porté par l'association "Engagement Citoyen pour le Montargois" représenté par Alphonse Proffit, ont annoncé qu'ils allaient chacun, dans un premier temps, déposer un recours gracieux pour obtenir l'annulation du permis de construire accordé par le maire de Montargis le 22 octobre. Le bénéficiaire de ce permis de construire est Nexity, dont le projet est de transformer, en partie, les lieux en résidence service séniors.


Bruno Nottin, Edouard Weber et Alphonse Proffit.

L'avenir de la caserne Gudin va peut-être se jouer dans les prochaines semaines car les deux groupes politiques sont bien décidés à faire changer le cours de l'histoire prévu par un permis de construire qui autorise la démolition de l'emblématique bâtiment "de l'Horloge".

Raison de la levée de bouclier : les deux groupes politiques estiment que l'AME (Agglomération Montargoise Et rives du Loing), propriétaire du site, n'a jamais donné l'autorisation de démolir ce bâtiment et que le le conseil d'agglomération n'a jamais été amené à se prononcer sur le projet actuel de Nexity.


Alphonse Proffit, pour "Engagement citoyen pour le Montargois" précise :

"La seule délibération, qui permettrait à M.Billault (ndlr : actuel Président de l'AM, depuis le 9 juillet 2020) de prétendre avoir la délégation de pouvoir pour réaliser cette vente a eu lieu le 23 mai 2019, au point 52. Or certaines conditions suspensives de la promesse de vente et de la délibération ne sont pas respectées." Pour l'association le contrôle et l'avis de l'architecte des bâtiments de France doit s'imposer "car l'avis de l'architecte des bâtiments de France préconise la réhabilitation des bâtiments. Dans le permis de construire, aucun document du Service territorial de l'architecture et du Patrimoine n'atteste que le projet Nexity respecte l'identité architecturale du site".


Bruno Nottin (élu d'opposition au conseil municipal de Montargis) pour le groupe "Montargis pour Tou-te-s" estime que "l'arrêté du maire passe outre l'avis -ici essentiel- de l'architecte des Bâtiments de France qui juge inappropriée la démolition du bâtiment et recommande en priorité une opération de restructuration et de restauration de l'ensemble. Nous partageons cette idée qu'il faut avoir une vision globale avant de lancer un projet. La promesse de vente à 1 euro symbolique, en principe interdite, ne peut se justifier que pour des motifs d'intérêt général et comportant des contreparties pour la collectivité. Rien de tel ici : un projet de luxe, sans mixité sociale, s'adressant à des personnes âgées sans prévoir de structures médicalisées, sans prise en compte des exigences climatiques (pas d'utilisation d'énergies renouvelables)." Bruno Nottin conclut : "Il faut en finir avec les "grandes manoeuvres" financières de l'ère Supplisson (ndlr : Président de l'AME jusqu'en juillet 2020). Un dossier de cette importance exige transparence, démocratie et défense des intérêts de la population".


Edouard Weber (élu d'opposition au conseil municipal de Montargis) pour le groupe "Citoyens du montargois" estime que "le projet de Nexity n'est plus viable, car non conforme à ce qui a été voté par le Conseil d'agglomération. Nous demandons un nouveau vote, pour qu'il y est un vrai processus démocratique."





Comments


PUBLICITÉ

Capture d’écran 2024-04-03 à 14.07.38.jpg
Capture d’écran 2024-04-03 à 14.07.58.jpg
Capture d’écran 2024-04-03 à 14.08.46.jpg
bottom of page