Boxe professionnelle - Jean-Michel Vincent : "Tajan sera prêt pour décrocher le titre..."


Le titre de champion de France de boxe professionnelle des poids coq se négociera le samedi 26 mars au gymnase de Villemandeur. Il opposera le boxeur du Ring Mandorais Loïc Tajan (30 ans, 1,65 m, 5 victoires dont 4 avant la limite, 1 défaite, 1 no contest) à Abdessamad Ferdaoui, le licencié de Charleville-Mézières (29 ans, 3 victoires, 1 nul).

« Je suis un entraîneur comblé ». Ce sont les mots de Jean-Michel Vincent, l’entraîneur de Loïc Tajan. Parce que l’homme de 64 ans est convaincu que « le public assistera à une grande soirée de boxe » qui se tiendra en terres mandoraises. « Une fierté pour le club d’organiser ce type d’événement », glisse Jean-Michel Vincent. Dix combats amateurs… « Dix boxeurs de Villemandeur ». Trois combats chez les professionnels… « En plus de Tajan, nous avons voulu faire participer un boxeur pro du Ring Giennois et un de l’USM Montargis », précise-t-il. Extrait.


Dans quel état d’esprit se trouve Loïc ?

Tous les voyants sont au vert pour lui. Techniquement, il est au top. Physiquement, il reste dix jours de travail à faire. Puis, on baissera l’intensité de la préparation.


Pas d’inquiétude quant à sa forme le jour « J »…

Aucune ! Loïc est un boxeur d’instinct. Un boxeur que beaucoup d’entraîneurs voudraient, parce qu’il répond présent à chaque fois. Un garçon courageux. Demain, si je l’appelle pour faire un championnat du monde, il sera opérationnel.


Qu’appréciez-vous chez ce boxeur ?

Son courage et son honnêteté. J’ai appris à le connaître. Je l’ai depuis l’âge de 11 ans. Je connais ses parents. Il me considère comme son père spirituel. On ne se cache rien. C’est marqué sur son short. Loïc, c’est le bohème. Dès le départ, j’ai vu qu’il était pétri de qualité. C’est un boxeur à ne pas emmener à saturation. Au bout de sa carrière amateur, je lui dis : tu devrais passer pro. Parce qu’un jour tu diras : « ma carrière a eu un goût d’inachevée ». Il a suivi le conseil.


Le titre se jouera à domicile, un atout ?

Bien-sûr. Ce sera une fête à la maison. Loïc sera prêt pour offrir au club un deuxième titre de championnat de France après celui décroché par Franck Gorju (2001)… Une fierté pour nos adhérents, bénévoles et pour le sport local. Je tiens à remercier le concours de la municipalité de Villemandeur…

 

PUBLICITÉ