Biodiversité - On a compté les chauves-souris du Gâtinais et elles sont plus nombreuses !


Les efforts de préservation mis en place par le Conservatoire d'espaces naturels Centre-Val de Loire, en partenariat avec le PETR du Gâtinais Montargois portent leurs fruits. La protection des cavités d’hibernation (Marnière Saint Nicolas - Château-Renard) et des zones de chasse estivales que sont les prairies et boisements humides (Prairies Humides de l’Ouanne et de la Cléry) participent chaque année à l’augmenter des populations de Chiroptères. 2022 étant un record avec une augmentation de 7% par rapport à l’année dernière. (Photo : Sophie FRONT - Conservatoire d'espaces naturels Centre-Val de Loire)


Chaque hiver, depuis maintenant plus de 20 ans, Yves David et des bénévoles passionnés assurent le suivi des populations de Chauves-souris hibernant dans le sous-sol du Gâtinais. Creusé de main d’homme pour l’extraction de la marne et du silex, le Gâtinais est aujourd’hui riche d’un véritable réseau de galeries. La plupart font aujourd’hui partie du site Natura 2000 : « Cavité à Chauves-souris de l’Est du Loiret » permettant une meilleure protection et un suivi régulier. (Le réseau Natura 2000 rassemble des sites naturels de l’Union Européenne ayant une grande valeur patrimoniale de par la faune et la flore exceptionnelle qui y trouvent refuge. Le réseau Natura 2000 a donc pour objectif de maintenir la diversité biologique et écologique des milieux, tout en tenant compte des exigences économiques, sociales et culturelles.


Aussi, le dernier weekend de janvier, lorsque les températures sont au plus frais, chaque cavité, marnière et cave sont rigoureusement prospectées à la recherche des Chauves-souris du Gâtinais. Durant l’hiver, nos charmants mammifères volants hibernent. Ils se mettent en « pause », vivant sur leurs réserves en réduisant considérablement leur température, leur rythme cardiaque et leur respiration.


En cette période de l’année, les Chauves-souris se rassemblent donc dans des abris à la fois calme, humide et frais (entre 1 et 10 degrés) afin de passer la mauvaise saison en toute tranquillité. Une aubaine pour les naturalistes qui peuvent ainsi les compter, sans les déranger et ainsi contrôler l’évolution des populations.


Les comptages de cet hiver ont été réalisés les 28, 29 et 30 janvier 2022. Les résultats révèlent une bonne préservation des populations de Chauve-souris dans l’Est du Département du Loiret avec certaines cavités à plus de 200 animaux en hibernation et une population globale estimée à plus de 2000 individus répartis sur 11 sites.

 

PUBLICITÉ