Avec les mariniers des bords de Loire, la passion de la "culture du fleuve"


Serge Tessier a 80 ans et c’est avec fierté qu’il a accueilli ses amis, les touristes et les promeneurs à l’occasion de la fête de la marine qui s’est déroulée le 19 juin dernier à Saint-Benoît-sur-Loire. Ici on l’appelle « cap’tain Armada » et c’est lui qui a monté l’association qui a commencé à planché sur la construction de bateaux en 2012. Depuis, quatre embarcations sont sortis des ateliers ou un petit groupe de bénévoles « ont appris en faisant », tout en retrouvant « la culture du fleuve ».


« En 2003 un vieux bateau avait disparu et les gens trouvaient que ça faisait un peu vide un port sans embarcation », raconte Serge Tessier. A la fin du printemps 2012, après une étape à Saint-Benoit de "La remontée du Saumon" organisée par les mariniers de Voile de Loire, l'idée de faire revivre le port allait germer dans la tête de quelques amoureux de la Loire et de ses bateaux. Pour Serge Tessier c’était le moment d’agir : « Moi j’étais à la retraite, au comité des fêtes, alors j’ai proposé de se lancer dans la construction d’embarcations traditionnelles. C’est comme ça que tout est parti. Un menuisier ébéniste m’a dit « j’ai jamais fait ça, mais on peut essayer ! ». On n’avait même pas de plan, alors on a fait des mesures sur des bateaux existants. » Le projet de construction de bateaux de Loire a été lancé en octobre 2012 lors de l’assemblée générale du Comité des Fêtes. A cette occasion, une section rattachée au comité des fêtes à été crée : l’Armada était née. A travers ses constructions et ses animations l'Armada permets aux écoles, aux associations et aux habitants de redécouvrir le patrimoine ligérien.

Après la réalisation d'une plate, d'un fûtreau et d'un bachot, l'Armada a réalisé la construction d'une Toue cabanée. « Les pêcheurs passaient de long moments sur le fleuve, particulièrement pendant la remontée de la Loire des saumons durant les mois de janvier et février. Alors il leur fallait une cabane pour s’abriter en attendant le passage des poissons. Pour les stopper il utilisaient un filet et ils remontaient les saumons à l’aide d’un carrelet. »

Serge Tessier attend maintenant la relève pour réaliser d’autres projets, d’autres bateaux. « Au plus jeunes de s’investir ! C’est vrai que c’est prenant, mais ça vaut le coup ! »



La Toue cabanée de l’Armada, l’embarcation traditionnelle des pêcheurs de saumon de Loire.