Ils consacrent leur vie au profit du monde associatif montargois : les Dépée, pour l’amour du terrai

Dernière mise à jour : 26 nov. 2020


Chez les Dépée, il y a le football et le basket-ball. Mais l’histoire de cette famille se distingue dans son implication immuable pour une cause : la lutte contre la mucoviscidose. Cette maladie qui touche les voies respiratoires et digestives a impacté de plein fouet les Dépée. Depuis, cette fratrie de deux frères jumeaux et deux sœurs se donne corps et âme pour aider à la recherche et à la sensibilisation contre la mucoviscidose. Marie-Anne, Marie-Claire, Jean-François et Jean-Pierre. Les Dépée, pour l’amour du terrain.

Si la famille Dépée est si soudée dans l'engagement, c'est qu'elle a dû faire face à plusieurs épreuves douloureuses par le passé.

En ce samedi de juillet 1983, le ciel montargois s’assombrit. Jean-François Dépée est pressé de retrouver Jean-Christophe, son fils aîné. « On avait rendez-vous à 17 heures, à la sortie de mon boulot. On allait rejoindre des amis… », raconte le père de famille. Mais le jeune homme manque à l’appel. Jean-François s’inquiète. « J’ai appelé ses copains, ceux qui disposaient d’un téléphone. Ils n’en savaient pas plus que moi. J’ai été obligé de décommander mon rendez-vous chez les amis. Puis, j’ai appelé les urgences à l’hôpital. Par hasard, je suis tombé sur une connaissance à l’accueil. Elle m’a demandé d’arrêter les recherches. Il était là… ». Jean-Christophe est mortellement percuté par un véhicule. À l’aube de ses… 12 ans. Tragique.

Clément, source d’investissement contre la mucoviscidose…

Il fait un froid de gueux en ce 7 décembre 2005. Les fêtes de fin d’année tournent au cauchemar pour la famille Dépée. Clément, le troisième enfant de Jean-François, n’est plus. Le jeune homme de 21 décède de la mucoviscidose. « Les médecins lui donnaient jusqu’à l’âge de 15 ans. Il a vécu six ans de plus… », cède Jean-François Dépée. « Clément aimait la vie. Il était très mature, car il a toujours côtoyé des adultes dans le milieu médical… », dit Marie-Anne, la sœur de Jean-François. Elle, c’est la première responsable de l’association vaincre la Mucoviscidose, à Montargis. D’ailleurs, une action d’envergure contre la mucoviscidose est née en 1990 : la Virade de l’espoir. Cette initiative est rééditée tous les ans.

« Le but est de récolter des dons pour améliorer la qualité des soins et aider à la recherche de cette maladie… », éclaire Marie-Anne Dépée. Des interventions dans les établissements scolaires, la participation à des manifestations sportives et culturelles ont, par exemple, permis à cette association de réunir la somme de 42.500 euros, l’année dernière, contre 24.200 euros, pour l’année 2020. « La pluie s’est invitée à cette édition… », sourit Marie-Anne Dépée.

Le sport, une échappatoire pour la famille…

Le nom Dépée est loin d’être inconnu dans le monde sportif local. Jean-François constitue une des figures de l’histoire du football au sein de l’USM Montargis.

L'équipe de DH de l'USM Montargis, en 1968.

Joueur (gardien de but), dirigeant, président et actuellement trésorier, l’homme de 74 ans aura tout connu. Une soixantaine d’années de fidélité pour les couleurs jaune et bleu. « J’ai joué une saison à Thionville… ». Où il effectuait son service militaire. Marie-Anne et Marie-Claire, les deux sœurs, elles, c’est au basket-ball qu’elles ont fait leurs preuves. « Mais on avait commencé à la gym… ». Ce fut au club des Abeilles Gâtinaises. Avant que Marie-Claire n’opte pour l’USM Montargis basket-ball. Bientôt, Marie-Anne lui emboîtera le pas. Le début d’un long chemin…Jean-Pierre, le frère jumeau de Jean-François Dépée, lui, a écourté sa vie sportive au bout de quelques années. « J’avais des problèmes de vue. Je portais des lunettes. Au football, je me faisais engueuler, car je ne voyais pas le ballon. Parfois, je le recevais en plein visage… », ironise-t-il.

Les Dépée, au nom du bénévolat…

Le terrain a tendu ses bras à la famille Dépée. Le monde associatif, c’est son credo. Plusieurs décennies à leur actif. « Le basket ? Ce sport représente l’amitié, les coups de gueule, des rencontres, des échanges… », concède Marie-Claire. 24 ans au sein de l’USMM… Un titre de champion départemental cadettes. Un long passage chez les seniors, en championnat régional et national (N2). Elle évolua plusieurs années au côté de Marie-Anne, sa sœur, en équipe seniors. Marie-Claire fut joueuse puis dirigeante chez les U5. Marie-Anne, de son côté, aura vécu 28 ans dans cette discipline. Joueuse et coach, elle a mis fin à sa carrière à l’âge de 42 ans. Marie-Anne intervenait, ensuite, sur le plan administratif au sein de l’USMM basket-ball. « J’ai juste quitté le club une fois en signant à Dijon… », souligne-t-elle. Jean-Pierre, lui, a choisi la Finlande, où il a vécu jusqu’à sa retraite. Depuis quelques années, l’homme de 74 ans a retrouvé Montargis. « J’interviens dans une association pour donner des cours de langues étrangères… », précise-t-il.

« Clément nous a transmis son état d’esprit »

Les Dépée évoquent fréquemment Clément, décédé de la mucoviscidose. « Je pense qu’on a tous quelque chose de lui en nous. Son état d’esprit sain est en nous. Il positivait, relativisait. Il croquait chaque instant de la vie… », murmure Marie-Anne, cette ancienne professeure au collège du Chinchon et au lycée du Durzy. « On a la chance d’être en vie. Le sport nous a beaucoup aidé… », soutient Marie-Claire, fonctionnaire administrative à la retraite. « La volonté et toujours là. Chaque moment est important dans cette vie… », concluent Jean-François et Jean-Pierre, les deux jumeaux. Les Dépée, quelle histoire !

Pratique. Des masques aux couleurs de l’USM Montargis. 5 euros dont 1 euros versé à l’association Vaincre la Mucoviscidose. Contact : 06.24.29.59.63.

PUBLICITÉ