• leConnecté.fr

Commerces de proximité : les élus locaux du département demandent au gouvernement d’autoriser leur o


C'est un sujet sensible qui déclenche la colère et/ou l'abattement de nombreux petits commerçants de proximité, mais aussi de leurs clients. Les commerces de proximité "non-essentiels" sont fermés alors que les grandes surfaces de la distribution, autorisées à ouvrir, leur font une concurrence déloyale en conservant des rayons ouverts sur des produits considérés comme "non-essentiels" selon les règles du confinement. Les élus locaux se sont emparés du sujet. Benoit Digeon, maire de Montargis, a ainsi adressé un courrier au préfet du Loiret en demandant que "les injustices soient corrigées sauf à vouloir susciter des réactions et des situations incontrôlables".

Marc GAUDET, Président du Conseil départemental du Loiret et Pauline MARTIN, Présidente de l’Association des Maires et Présidents d’intercommunalités du Loiret, ont publié samedi une lettre publique adressée au gouvernement pour "autoriser au plus vite la réouverture de ces commerces de proximité, essentiels pour la vitalité de nos territoires" :

« Le Gouvernement a décidé d’un reconfinement général afin de lutter contre la diffusion du virus Covid19. Cette mesure semblait inévitable au regard des derniers chiffres transmis par l’ARS et de l’engorgement de notre système hospitalier.

Si nous approuvons totalement qu’une ligne directrice claire soit édictée par le Président de la République, nous sommes en désaccord sur l’inéquité de traitement dans le domaine du commerce.

En effet, nous voyons les magasins de la grande distribution rester ouverts, y compris les rayons des produits qui ne sont pas de première nécessité, tandis que l’ensemble des petits commerces de proximité sont contraints à la fermeture pure et simple.

Le problème se pose également pour l’ensemble des métiers pouvant être pratiqués en auto-entreprise qui sont autorisés aujourd’hui alors que les mêmes métiers exercés en boutique ou en salon ne le sont pas. Même si les annonces gouvernementales en matière de compensations financières pourraient venir dédommager une partie des pertes, il n’en demeure pas moins que le risque de voir disparaître tout ce tissus commercial est important !

Ces commerces dits « non-essentiels », qui ont déjà subi de plein fouet le 1er confinement, réalisent en effet une part conséquente de leur chiffre d’affaire durant cette période qui précède les fêtes de Noël. Par ailleurs, cela va conduire nos concitoyens à se retrouver en nombre dans les enseignes de la grande distribution alors même que l’on recherche sur le plan sanitaire à éviter les brassages de population.

Pour toutes ces raisons, nous demandons donc officiellement au Gouvernement d’autoriser au plus vite la réouverture de ces commerces de proximité, essentiels pour la vitalité de nos territoires, qui naturellement devront s’engager à l’application rigoureuse des mesures barrières."

PUBLICITÉ