• Lyes Baloul

Coronavirus : Avec le Montargois Gaëtan Huard, l’ancien gardien de Lens, l’OM et de Bordeaux…


Vous souvenez-vous de Gaëtan Huard ? Né à Montargis, passé par les J3 Amilly puis le CA Pithiviers, dans les années 80, il gravit rapidement les échelons au poste de gardien de but. Du RC Lens à l’Olympique de Marseille en passant par les Girondins de Bordeaux…Avant de finir sa carrière professionnelle du côté d’Hércules Alicante, en Espagne (1996). Comment vit-il cette période de confinement ? Extrait.


Gaëtan Huard a posé son micro de consultant de BeIN Sports. Parce que, la crise sanitaire étant grave, le football s’est logiquement retrouvé à l’arrêt. Le Montargois est désormais confiné chez lui, du côté de la Gironde, dans le Sud-Ouest de la France. « Je m’occupe des devoirs de mon fils (12 ans). Je fais du sport, je prends l’air dans mon jardin. La situation l’impose. La santé avant tout. Je ne regarde même pas les rediffusions de matches. Franchement, je n’ai pas la tête au foot… », glisse l’homme de 58 ans. L’ancien gardien de but professionnel ne sort en courses qu’une fois tous les quinze jours. « On se doit de respecter les mesures de ce confinement pour éviter d’aggraver les choses… », clame-t-il. L’ex portier amillois et pithivérien, en catégories jeunes, est un homme catégorique. « On s’est mal préparé à cette crise. On se rend compte du manque de moyens dans nos hôpitaux. C’est cruel et triste. La situation est mal gérée… », estime-t-il. Et d’ajouter : « Il faut que l’on arrête avec ce monde de système de mondialisation. La planète en souffre. Les gens, aussi. Les pauvres sont devenus plus pauvres, les riches plus riches. Une prise de conscience s’imposera… ».


« Je prépare mon diplôme pendant cette période de confinement… »


Depuis octobre dernier, Gaëtan Huard prépare son certificat d’entraîneur de gardien de but, à Clairefontaine. « J’ai envie de retrouver les terrains et d’apporter mon expérience… », annonce l’ancien coéquipier de Christophe Dugarry et Bixente Lizarazu, sous les couleurs des Girondins de Bordeaux (1991). Va-t-on voir prochainement ce pur produit de la formation amilloise sur le banc d’une équipe professionnelle ? « Je ne fais pas de fixations particulièrement sur une structure professionnelle. L’essentiel sera de reprendre du service… », explique-t-il. Qu’en est-il de son contrat avec la chaine BeIN Sports, son employeur depuis 2012 ? « On n’a pas d’infos pour l’instant… », précise Gaëtan Huard, passé par Canal+ où il fut également consultant.


« L’arrêt des championnats pros serait terrible pour les clubs… »


Gaëtan Huard en est convaincu. « Arrêter les championnats pros pourrait être dangereux sur le plan économique. Qui va payer ? Les clubs souffriraient. Pour moi, ce ne serait pas une bonne idée », estime-t-il. Et d’enchaîner : « Je pense qu’il faudra trouver une solution pour que les clubs ne subissent pas les conséquences. Il faut que ça se passe dans le calme… ».


« Pape Diouf était et restera un grand homme… »


La disparition de Pape Diouf, l’ancien président de l’Olympique de Marseille, emporté par le coronavirus, ne laisse pas insensible Gaëtan Huard. « C’était un grand homme, un sacré personnage. Il le restera. Je garde de lui un souvenir d’une personnalité humble, posée, disponible. Je n’ai jamais essuyé le moindre refus d’interview sous l’ère de Canal+ ou avec BeIN. Son décès est une perte pour le football français, tout comme la disparition de Michel Hidalgo (l’ancien sélectionneur de l’équipe de France), qui lui aussi, restera une légende de football. C’est triste… », conclut le natif de Montargis.