En savoir plus sur lec onnecté.fr

Epidémie, confinement... Le regard du psychologue montargois Emmanuel Cacheux

25/03/2020

La France est en train de vivre sa deuxième semaine de confinement. Et ça risque d’être plus long que prévu... Emmanuel Cacheux, psychologue au CMPP (Centre médico psycho pédagogique) de Montargis et en libéral à Amilly, a accepté de répondre à certaines questions liées à cette situation sanitaire. 

 

Avez-vous constaté un changement de comportement chez vos patients pendant cette crise sanitaire ?

C’est toujours compliqué de répondre de manière globale. Certains patients envisagent ce temps comme une pause possible dans leur suivi psychologique. Ils trouvent des ressources auprès de leurs proches. Pour d’autres, cette période de confinement et ce climat inquiétant sont beaucoup plus douloureux. Cette situation potentialise des angoisses déjà présentes et rend la période très difficile à vivre. Il s’agit en effet d’une situation inédite dont nous ne repérons les effets que jour après jour.

 

Vivre ce confinement n’est pas sans difficultés pour plusieurs familles. Quelles sont les pistes à privilégier pour que cette période se passe le mieux possible ? 

Ne pas s’isoler, rester en contact avec ses proches. Rassurer pour éviter l’anxiété. Essayer d’expliquer la situation pour comprendre et répondre aux interrogations. Il peut être aussi important de ritualiser ses journées dans ce moment où les repères temporels s’effacent, se fixer des objectifs pour la journée et pour la semaine à venir, pour redonner des limites au temps. Ne pas avoir de contacts avec l’extérieur est pénible aussi. Cela plonge dans une fixité parfois angoissante. Beaucoup cependant font preuve d’inventivité pour remettre du mouvement et structurer leurs journées.

 

Ce confinement expose-t-il à un réel risque pour les couples (divorce) ?

Je n’ai aucun chiffre à ma disposition pour dire que ce confinement peut provoquer des divorces au sein des couples. Nous sommes, à présent, en plein cœur de cette crise sanitaire. Il faudra du temps pour analyser les conséquences. Nous manquons de recul pour le moment. Cependant, ce confinement provoque des situations nouvelles. Les couples et les familles sont confrontés à une promiscuité inhabituelle. Cela peut avoir des effets négatifs lorsqu’il existait déjà des tensions, mais aussi des conséquences positives. Là encore, il faut pouvoir alterner moments ensemble et moments où il est possible de s’isoler.

 

Les mesures prises concernant les enterrements et les visites interdites dans des Ehpad peuvent-ils impacter l’état psychologique des personnes ?

Le rituel des obsèques permet de symboliser la mort et la séparation. C’est très douloureux de ne pas pouvoir dire adieu à la personne décédée. Cela peut mettre en suspens le processus de deuil. Ne pas voir le corps d’un proche décédé, ne pas pouvoir se rassembler autour de lui, laisse souvent les proches dans un sentiment d’irréalité. Il ne sera pas trop tard après pour penser à ritualiser cet événement même dans l’après-coup. C’est compliqué également pour l’interdiction dans les Ehpad. C’est déchirant pour beaucoup de familles qui aimeraient soutenir et rassurer leurs proches fragiles par leur présence physique. Certains trouvent des compensations par des liens à distance mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Cela entraîne souvent un sentiment de culpabilité et d’impuissance.

 

Qu’en est-il de la période post crise sanitaire ? Y a-t-il un risque de séquelles ?

Nul ne peut prédire l’avenir. A la fois, on peut imaginer que tout cela aura des effets durables et nous marque profondément. Mais nous savons aussi que l’être humain a de  formidables capacités d’adaptation et que la vie reprendra son cours. C’est aussi dans l’après-coup que chacun pourra dire subjectivement ce que cet événement inédit lui aura coûté psychiquement mais aussi ce que cela aura permis d’apprendre sur lui-même.

 

Partager sur Facebook
Share on Twitter
Please reload

Votre publicité connectée ici !

Découvrez notre offre et nos services

LOGO leConnecte.fr
Please reload