En savoir plus sur lec onnecté.fr

Coronavirus : Sportifs locaux, comment vivent-ils le confinement ?

18/03/2020

Les avis sont unanimes : « la santé avant tout ». C’est le sentiment des sportifs locaux qui se retrouvent contraints de se confiner chez eux en respectant les instructions du gouvernement afin de limiter la propagation du coronavirus. Par ailleurs, la plupart d’entre eux le pensent : il sera très compliqué de reprendre la compétition. 

Du côté du gymnase du Puiseaux, à Montargis, le parking ressemble à un lieu fantôme. Aucun handballeur ou handballeuse ne débarque sur le lieu d’entraînement. Fermé ! « Oui, j’avoue que l’on vit mal cette situation. Mais bon, il faut relativiser. La santé est prioritaire… », lance Niakalin Sissoko, jointe au téléphone. La coach de l’équipe seniors de l’USM Montargis, en Nationale 3, se retrouve, comme plusieurs de ses joueuses, confinée chez elle. « On s’écrit. Personnellement, j’essaie de me divertir. Je fais du sport chez moi… », explique Niakalin Sissoko. Cette dernière, mère d’un garçon, ne le cache pas. « La suite du championnat ? Franchement, je ne sais pas comment les instances vont procéder pour combler le retard. Il reste sept matches à disputer. Quatre rencontres vont sauter pendant cette période de confinement. Alors, j’attends de voir, mais pour moi, ça va être très compliqué… ». Deux handballeuses de l’USMM exercent dans le milieu hospitalier. Il s’agit d’Alexia Phillipo et Camille Rose. La première, âgée de 18 ans, est stagiaire à l'HAD d’Amilly (Hospitalisation à Domicile) lorsque la seconde intervient comme kiné dans un cabinet à Villemandeur. « Pour l’instant, je n’ai pas vu de cas de coronavirus. Mais je me dois d’être disponible pour éventuellement être réquisitionnée au sein de l’hôpital. Je suis prête, sans la moindre hésitation… », affirme Alexia Phillipo, l’ailière gauche de l’USMM. De son côté, Camille Rose vit une situation inédite. « Le cabinet est fermé, par mesures de sécurité. Personnellement, je pourrais intervenir en indépendante. Mais en attendant, je reste chez moi. J’ai téléchargé une application pour maintenir la forme en appliquant des exercices. Je cours, également… », souligne, Camille,  l’aillière gauche de 26 ans. 

 

« Il faudra peut-être refaire une préparation… »

 

Du côté des footballeurs, la fin de saison reste incertaine. Patrice Colas, le coach de l’USM Montargis (N3) est pessimiste : « pour moi, ce sera impossible d’être prêt pour la reprise. Il faudra effecteur une préparation. J’ai deux joueurs qui sont partis courir, tout en ayant leurs attestations les autorisant à circuler. Aujourd’hui, franchement, il est difficile de prévoir la suite du championnat. On verra. Après, c’est normal de respecter ces mesures de confinement… ». Même son de cloche pour  Jean-Pierre Chevallier, figure du bénévolat du côté de la section football aux J3 Amilly. « On respecte les restrictions. On ne connait pas la suite. La chose que je regrette est l’affolement des gens dans les magasins… », dit l’homme de 71 ans. Pour Jérémie Yanez, dirigeant au sein de la section basket-ball à l’USM Montargis : « Je suis confiné chez moi en m’occupant des enfants. Ma femme travaille (en laboratoire). Il est vrai que l’on n’a pas l’habitude de ce type de situation. Mais on essaie de s’y adapter. Mon sentiment sur la suite de l’année sportive ? Ce sera très compliqué de reprendre avant fin mai. Je n’y crois pas trop. Mais il faut arriver à relativiser. Aujourd’hui, le pays est face à une crise sanitaire… », clame le basketteur montargois. Estelle Gaspard, la championne du monde de ju-jitsu, elle, est partie rejoindre ses parents dans le sud. « Je suis étudiante à Orléans. Cet arrêt ne m’empêche pas de poursuivre ma préparation, même à distance, puisque mon père dispose d’un mini dojo à domicile. Nicolas (Péréa, le coach amillois) nous envoie des programme personnalisés. Donc, pas d’impact direct me concernant… », déclare Estelle Gaspard. Julia Da Siva, la présidente de Fémina, le club de gymnastique de Montargis, se retrouve chez elle à s’occuper de ses trois enfants. « On découvre… », sourit cette gestionnaire à la MNH de l’agglomération montargoise. « Je suis en arrêt suite à l’épidémie. Le club devait participer aux championnats régional ce week-end. C’est logiquement annulé. Nous avons mis en service une permanence en télétravail (Vanessa) pour gérer les questions des parents… », conclut Julia Da Silva.

 

Partager sur Facebook
Share on Twitter
Please reload

Votre publicité connectée ici !

Découvrez notre offre et nos services

LOGO leConnecte.fr
Please reload