top of page

Venez découvrir des drapeaux qui en disent long sur notre histoire


Aujourd’hui on ne sort les drapeaux que les soirs de matchs internationaux pour les plus jeunes, lors des cérémonies patriotiques et commémoratives pour les plus anciens, et parfois lors de manifestations politiques. On a du mal à imaginer que drapeaux et bannières étaient de sortie bien plus souvent, surtout au début du 20ème siècle, quand la fibre patriotique s’exprimait dans les rues en attendant « la revanche » après l’humiliation de 1870. L’exposition présentée par l’Association Castellio a le mérite de nous faire replonger dans cette époque en présentant drapeaux et bannières qui ont survécu à la destruction.


Ils raconte l’histoire de Châtillon-sur-Loire, mais c’est aussi une histoire universelle. Celle de la conscription obligatoire où des hommes de 20 ans (nos grands-pères et arrières-grands-pères) se retrouvaient pour le conseil de révision, avant de défiler avec de grands drapeaux et… boire pour « fêter ça » ! Pratiquement un rite initiatique pour passer au statut « d’adulte citoyen ».


Guy Brucy est le président de l’association Castellio. Depuis plus de 30 ans cette association de passionnés d’histoire locale présente leurs travaux ou des expositions à Châtillon-sur-Loire. Ancien professeur d’histoire à l’université, Guy Brucy explique « qu’il faut toujours être sérieux, chercher les documents et mené un réel travail scientifique. Mais il faut aussi rendre accessible au plus grand nombre tout ce savoir. On fait le pari de faire de la vulgarisation sérieuse ». L’exposition « Drapeaux et bannières » est à ce titre une réussite. Car elle raconte la grande Histoire par des objets qui avaient une grande importance symbolique pour les hommes et les femmes du début du 20ème siècle. « Ce qui m’a sidéré le plus, c’est parfois la taille de ces drapeaux, avec des hampes de 3 ou 4 mètres », confie Guy Brucy. « Nous avons des témoignages que des conscrits se déplaçaient en tenant haut ces drapeaux, et il fallait vraiment être très fort ou être à plusieurs pour les tenir droit sans s’envoler ! ».


Chaque drapeau, chaque bannière a sa petite histoire retracée par l’exposition. Que se soit celle des pompiers du village, du parti communiste ou de la SFIO, de la société de secours mutuel ou encore de l’église. Et vous découvrirez également l’histoire d’Edmond Maitre, qui peignait des figures patriotiques sur les drapeaux, fabricant de drapeaux pour conscrits et confréries, qui habitait Châtillon-sur-Loire.


LA CONSCRIPTION, UN RITE INITIATIQUE POUR TOUS LES HOMMES DE 20 ANS

La conscription a été instituée à la Révolution. Tous les hommes âgés de 20 ans sont « conscrits », inscrits ensemble sur une liste de recrutement. Les jeunes hommes doivent obligatoirement passé le conseil de révision, qui se réunit au chef-lieu de canton. Les jeunes hommes se présentent, nus, devant le sous-préfet, les maires et un médecin militaire pour être mesurés (taille minimum 1,54 m), pesés, examinés en détail. Ils sont ensuite classés en quatre catégories : aptes au service armé ; aptes au service auxiliaire ; exemptés ; ajournés. Ensuite les jeunes gens déclarés aptes au service armé font… la fête. Ils se font photographier en groupe (La classe) et ils portent des cocardes et des rubans. Ensuite ils vont dans les rues accompagnés de musiciens pour défiler bruyamment tout en arborant le drapeau des conscrits. Enfin ils boivent beaucoup et la journée se termine par un banquet bien arrosé et un bal.


“DRAPEAUX ET BANNIÈRES : TÉMOINS D’UNE SOCIÉTÉ DISPARUE”

CHÂTILLON-SUR-LOIRE

Jusqu’au 22 mars

Du mardi au samedi de 10 à 12 heures et de 14 à 17 heures. Le dimanche (et jours fériés), de 15 à 18 heures. À l’Espace culturel.

PUBLICITÉ

Capture d’écran 2024-01-30 à 16.23.22.jpg
Capture d’écran 2024-01-30 à 16.25.43.jpg
Capture d’écran 2024-01-30 à 16.31.42.jpg
bottom of page