Rencontre dans un jardin "au naturel", Martine Poggi une militante pour la nature

09/03/2020

Déjà, quand elle était petite, elle entrait en conflit avec les garçons du village qui s’amusaient à décrocher les nids des oiseaux. « Ça me mettait en colère et ils rigolaient, mais moi je ne supportait pas qu’on détruise la nature. Et ça ne m’a jamais quitté ». Aujourd’hui Martine est amer… et révolté : « Des nids, il y en a de moins en moins, car il y a moins d’oiseaux, moins d’insectes, moins de vie et de biodiversité. Les activités humaines ont complètement détruit les habitats et je ne sais pas jusqu’où on va aller. Ici chez moi les chardonnerets ont pratiquement disparu et les buses, on est content quand on en croise !». À 70 ans Martine continue à mener son combat pour la nature. Son grand jardin, elle le cultive au naturel, sans aucun traitement.

 

La fierté de Martine est d’organiser des visites pour montrer que la biodiversité c’est l’affaire de tous et que ce n’est pas si compliqué que ça. Cette année elle participera à l’opération nationale « Rendez-vous au jardin » les 6 et 7 juin, ainsi qu’à l’opération « Bienvenue dans mon jardin au naturel », prévue les 13 et 14 juin et organisée par l’association Loiret Nature Environnement. Ces rencontres avec des visiteurs curieux sont l’occasion d’échanges mais aussi parfois de confrontation. Martine raconte : « un jour quelqu’un me dit : « mais il y a des puceron sur vos rosiers ! Si vous ne traitez pas c’est fini ! » Moi j’ai répondu qu’il fallait être patient et attendre les coccinelles, à condition bien sûr de ne pas les avoir détruites au préalable. La réponse de mon visiteur : « moi je ne suis pas patient ! », et je crois que c’est là tout le problème, l’impatience de l’homme qui veut tout, tout de suite, sans se préoccuper des conséquences. »

 Martine Poggi participe également à toutes les actions qui permettent de sensibiliser les jeunes générations à la préservation de la nature. Les 26 et 27 mars elle participera ainsi au forum de l’environnement et du développement durable, un événement organisé par la ville Sully-Sur-Loire. Ces flyers et autres plaquettes explicatives sont prêts, mais pour cette militante de Loiret Nature Environnement la partie n’est jamais gagnée d’avance, notamment avec les jeunes visiteurs. « J’ai remarqué, explique-t-elle, que beaucoup d’enfants sur notre territoire sont déconnectés de la nature qui les entoure. L’année dernière  des enfants de 10 et 11 ans m’ont dit qu’ils ne savaient pas ce qu’était une hirondelle… Je suis plutôt inquiète, car si les jeunes ne connaissent pas la nature, ils auront du mal à la protéger ». 

Martine Poggi est aussi inquiète pour son jardin qui n’a pas vu passé l’hiver et qui a un mois d’avance sur la floraison. « C’est incroyable et inquiétant, et ça fait trois ans que ça dure », remarque-t-elle. « Je ne rentre plus les fuschias, et le solanum passe l’hiver en pleine terre sans souffrir. Le climat change trop vite, et pour la biodiversité ce n’est pas bon. Les arbres ne se reposent plus et les parasites prolifèrent, ce qui va entrainer leur faiblesse avec le temps ».

 

CONTACT : 06 66 94 21 42 

 

 

Partager sur Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

En savoir plus sur le c onnecté.fr