Arnold Brucy raconte son " terrible " rallye 2020


Arnold Brucy vient de disputer son 4e rallye Dakar, organisé cette année en Arabie Saoudite (du 5 au 17 janvier). Le motard montargois a été contraint à l’abandon au 4e jour de la compétition. Parce que le jeune homme de 30 ans a été victime d’un accident qui lui a provoqué une sérieuse blessure à l’épaule gauche. Le local porte encore les stigmates de sa mésaventure. Il raconte.

« Le rallye Dakar, on y va pour aller au bout… », glisse d’emblée Arnold Brucy. Pourtant, le Gâtinais ne cache pas sa frustration. « Cette année, ce n’était pas la bonne… ». Au quatrième jour de la compétition, je jeune homme a été frappé par « la malchance ». Et il ne se souvient de rien ! « On m’a montré une vidéo. C’est impressionnant. Je n’ai aucun souvenir de l’accident ». Arnold finira par tout comprendre. Il a échappé au pire ! Au cours de la course, le licencié du Club Moto Verte de Château-Renard s’est fait cruellement éjecter de sa moto. « On roulait dans le sable où des cailloux étaient cachés. C’est un témoin qui m’a raconté la scène. Moi, j’avais perdu connaissance… », détaille-t-il.

« J’ai poursuivi la course presque inconscient… »

Arnold Brucy ne cesse de le répéter : « Je me suis fait avoir ». Et d’expliquer : « J’avais tracé un objectif. C’était de finir correctement ce rallye. Ma stratégie était de boucler la semaine sans risques avant de passer à la vitesse supérieure. J’avais bien commencé en évitant de prendre des risques… ». Alors qu’il restait 100 kilomètres sur cette « spéciale », le Montargois tombait de haut. « J’ai été examiné sur place. Les médecins m’ont fait faire un tour. Ils ont jugé que je pouvais poursuivre mon chemin… », s’exclame-t-il. Presque inconscient, Arnold reprend sa route pour finir cette épreuve. 100 kilomètres de trop ? « J’étais complètement sonné. J’ai fini cette épreuve en ayant aucun souvenir » précise-t-il. Incroyable !

« Mon père avait vite compris que c’était fini pour moi… »

Le motard local a puisé dans ses ressources physiques et psychologiques pour arriver au bout de cette « spéciale ». En arrivant, Arnold Brucy a été pris en charge par un service médical. « Ils m’ont fait monter dans le bus. Je ne savais pas ce qui se passait. Mon père (Jean) est ensuite arrivé. Il m’a vu dans un sale état. Il avait vite compris que c’était fini pour moi. Plus de Dakar. Il a constaté que j’étais totalement ailleurs, mes propos étaient terriblement incohérents… ». Verdict du scanner : « les médecins m’ont annoncé que mon épaule gauche était cassée. J’étais bien évidemment en larmes…». La moto, elle, une KTM 450 rallye, a été relativement abîmée. « Ce n’est pas un soucis. Le matériel se répare. L’essentiel c'est que ce ne soit pas dramatique pour moi… », relativise-t-il en abordant tristement le décès tragique lors de ce rallye 2020 du motard portugais Paulo Gonçalves (40 ans).

Une revanche l’année prochaine ?

Arnold Brucy en est certain. « Je veux refaire un nouveau rallye l’année prochaine (2021, en Arabie Saoudite) », annonce-t-il. Jean, son père, lui aussi engagé lors de ce rallye en voiture, est allé au bout de ce rallye, sans vivre la frustration d’abandonner. « L’année dernière, c’était lui qui avait abandonné et moi j’avais fini tous les parcours. Cette année, c’est le contraire. À mon avis, l’année prochaine, on finira tous les deux correctement notre rallye. Après, le résultat final ne sera que bonus pour nous… », conclut Arnold Brucy. Petit détail : le pilote montargois doit garder son bras gauche immobilisé pendant une période d’un mois. Avant d’entamer sa rééducation pour, ensuite, reprendre son activité professionnelle. Et de retrouver… sa moto.

En savoir plus sur le c onnecté.fr