• Lyes Baloul

Hakan Kara (coach FC Mandorais), après l’agression… le témoignage !


Presque abattu, la voix tremblante, le visage marqué, le nez endommagé, Hakan Kara porte encore les stigmates de ce qu’il qualifie « d’agression gratuite, incompréhensible… » dont il a fait l’objet, dimanche dernier, sur le terrain de l’US Ousson-sur-Loire. Le coach de la réserve du FC Mandorais, arbitre assistant lors de cette rencontre, témoigne. (Photo d’archive : André Calloni).

« J’ai passé 35 ans sur les terrains de football. C’est la première fois que je vis une situation pareille. C’est écoeurant… ». Hakan Kara n’est pas prêt à oublier ce qu’il a subi ce dimanche 15 décembre. Pourtant, tout semblait bien se dérouler sur la pelouse du stade Georges-François, à Ousson-sur-Loire. Où se déroulait la rencontre, en D3 départementale (poule D), mettant aux prises l’US Ousson, le leader, à la réserve du FC Mandorais coachée par… Hakan Kara. Ce dernier faisait également office, ce jour-là, d’arbitre assistant. On jouait la 70e minute (1-1) lorsque les faits se sont produits…

« J’ai reçu un coup de tête. Je n’avais rien compris… »

Les faits avaient commencé lorsqu’un joueur mandorais (Enzo Gaccione) se tordait de douleurs suite à un tacle d’un joueur adverse (70e). Là, les pompiers étaient attendus pour intervenir… « Je suis resté sur ma ligne d’arbitre de touche. Puis, une personne parmi les supporters m’a interpellé. Elle s’approchait. Je pensais qu’il allait me poser une question sur le joueur blessé. Il m’a dit : « Je vous connais vous… ». Je lui ai répondu : "d’où vous me connaissez ?". " À ma grande surprise, il m’a mis un coup de boule. J’ai été sonné. Je n’avais rien compris… », détaille Hakan Kara.

Match arrêté à la 70e minute…

Le match US Ousson – FC Mandorais, dimanche dernier, ne s’est pas uniquement arrêté pour cause de l’agression de Hakan Kara. Car l’arbitre de la rencontre a estimé que le temps d’attente pour l’intervention des pompiers et les soins prodigués au joueur blessé mandorais a dépassé la limite autorisée. Puis, l’agression de Hakan Kara n’a pas arrangé les choses et a rapidement provoqué « une véritable scène de confusion… ». Les esprits se sont échauffés. Parce que les joueurs de la réserve du FC Mandorais n’avaient guère apprécié le geste du supporter. Le ton montait d’un cran. Patrick Habert, l’arbitre central, finissait par prendre sa décision : match arrêté (70e). « Bizarrement, lorsque l’on a demandé aux dirigeants d’Ousson de constater les faits, ils avaient l’air de n’avoir rien vu. Ils disaient qu’ils ne connaissaient même pas la personne… », relève Hakan Kara.

Traumatisme nasal, 3 jours ITT, plainte…

Hakan Kara concluait sa mésaventure aux urgences du CHAM d’Amilly. Diagnostic : l’entraîneur de la réserve du FC Mandorais a été victime d’un traumatisme nasal avec déviation. Cette agression lui a valu 3 jours d’ITT (incapacité totale de travail). Le Mandorais a ensuite décidé, avec l’appui de son club, de porter plainte au commissariat de Montargis.

« Cette agression m’a refroidi… »

Hakan Kara est un homme blessé. « Cette agression m’a refroidi. Je n’avais jamais pensé que ça allait arriver un jour. Vous rendez-vous compte ? On est en D2 départementale. C’est incroyable ! ». Le coach du FCM a commencé le football au club de Longlet à l’âge de 6 ans. S’ensuivait une longue carrière de joueur : l’US Cepoy, l’US Châlette Turcs et enfin l’USM Montargis, sous la houlette de Joël Dubois. L’homme de 45 ans, père de 4 enfants, a été éducateur à l’école de foot à l’USMM où il est intervenu, également, sur le banc des U17. Hakan Kara entraîne la réserve du FC Mandorais depuis deux ans et demi, en D3 du district du Loiret.

Thierry Lippert : « Nous souhaiterions une sanction sévère… »

Thierry Lippert est un président vexé. « C’est inadmissible. Un arbitre de touche est une personne officielle. Le club d’Ousson avait une responsabilité sur la sécurité. Nous avons transmis les documents nécessaires au district. Nous souhaitons une sanction sévère… », peste le premier responsable du club de Villemandeur. Et quand ce dernier parle de Hakan Kara. « Il est exemplaire et génial… », juge Thierry Lippert. Quelle sera désormais la nature du châtiment du district du Loiret ? Décision dans les prochains jours…

Cédric Botté (US Ousson) : « Nous assumons notre responsabilité… »

C’est un président outré que l’ont a joint, ce mardi soir, afin de réagir à l’agression de Hakan Kara. « Que voulez-vous que je vous dise ? C’est regrettable. Je suis arrivé au moment des faits. Je sais que je vais être convoqué par le district pour donner des explications. C’est normal. On voit tous les week-ends ce type d’incident. C’est malheureux pour le football… », glisse Cédric Botté, le président de l’US Ousson. Celui-ci tient à réaffirmer : « Nous ne connaissons pas la personne qui a agressé le dirigeant de Villemandeur… ». Et de conclure : « J’ai demandé immédiatement à l’entraîneur du FC Mandorais de porter plainte. En tout cas, nous assumons notre responsabilité. Toute décision prise par le district sera à respecter… ».

En savoir plus sur le c onnecté.fr