À la rencontre de Guy Roux

22/09/2019

Il est parmi les figures emblématiques du football français. Il le sera éternellement. Qui ne connaît pas Guy Roux ? Lorsque l’on évoque l’AJ Auxerre, on pense forcément à l’homme de 80 ans. Aujourd’hui, ses interventions sur des plateaux de télévisions et des radios remplissent son agenda. Il est également membre au sein de l’association AJ Auxerre. Nous sommes allés à sa rencontre. Il se livre.   

      

Lorsque Jean-François Laurent, l’ancien footballeur de Cepoy, Montargis, Amilly, et Guy Roux se retrouvent, les archives sont forcément de sorties. Les deux hommes se connaissent depuis presque 60 ans. C’était lors d’un tournoi sixte, à Château-Renard, dans les années 60. Et ce, grâce à un certain Gilbert Gajda, un ancien joueur de l’équipe première de l’USM Montargis. « C’est lui qui nous a rapprochés » raconte Jean-François Laurent. Guy Roux et Jean-François Laurent se retrouveront une vingtaine d’années plus tard. « Je vous ai sollicité pour venir rejoindre l’AJA… », se souvient Guy Roux. Jean-François Laurent appuie : « Je me rappelle de votre demande : JF, vous m’avez dit non une fois. Je vous relance une nouvelle fois. Mais si vous me dites non, je ne vous solliciterai plus… ». Cette fois-ci, Jean-François Laurent a dit oui. « J’étais à la préformation et au centre de formation de l’US Orléans. J’ai fini par accepter le challenge de l’AJA (1992) ». Son rôle : entraîner les cadets nationaux et recruter chez les jeunes. Jean-François Laurent et l’AJ Auxerre, l’aventure a duré deux années. 

 

L’anecdote du stade Maurice-Béraud

 

Il y a cinq ans, l’AJ Auxerre disputait un match de préparation estivale face au Tours FC, sur le terrain du stade Maurice-Béraud. Guy Roux se souvient d’une anecdote. « Le maire de Montargis (Jean-Pierre Door) m’avait posé la question : Monsieur Guy Roux, vous êtes déjà venu à Montargis ? Je lui ai répondu : oui, en 1961 ». La discussion se poursuit et Guy Roux ironise. « Ecoutez, le stade n’a pas changé. J’ai même reconnu mon porte manteau. Je lui ai dit : j’ai fait un tour dans le centre-ville de Montargis. Vous avez fait plusieurs bonnes choses, mais je trouve que le stade (Maurice-Béraud) n’a pas beaucoup évolué. C’était pour plaisanter… ». 

 

« Le partenariat AJA – Amilly, une bonne chose »

 

Les J3 Amilly viennent de renouveler leur contrat de partenariat avec l’AJ Auxerre. Ce procédé a démarré il y a trois ans. « Je suis venu à Amilly pour marquer mon soutien à ce type d’action. L’initiative rend service à la formation et aux échanges sportifs et humains entre les deux clubs… », estime Guy Roux. Les Auxerrois et les Amillois visent à dénicher de jeunes talents et promouvoir la formation des éducateurs. « C’est une excellente chose pour nous. Cela nous aide à faire évoluer notre système », concède Olivier Roulland, le président des J3 Amilly. 

 

Jean-Pierre Adams, l’autre anecdote ! 

 

Guy Roux se souvient de Jean-Pierre Adams, le Montargois d’adoption, passé par Cepoy, Bellegarde et l’USM Montargis. «  J’ai appris son accident avec beaucoup de tristesse. C’était un très bon joueur de football. C’est dommage ». En prime, l’Auxerrois glisse une anecdote au sujet de celui qui formait la garde noire avec Marius Trésor. « Adams avait un coéquipier au club de Nemours. Il s’appelait… Brosse. On rigolait à l’époque car ça faisait marrant : Brosse-Adams (brosse à dents, en prononciation) ». 

 

« Le football amateurs ? Du positif mais… »

 

Interrogé sur son sentiment sur le football amateur Guy Roux a exprimé un avis partagé. «  Il est en expansion. C’est formidable. La France dispose des éducateurs de bonne qualité. L’envie existe chez la jeunesse. Mais il faudra de bons moyens : terrains, vestiaires, de l’argent. Les adultes sont pris de vitesse par les jeunes… ». 

 

« La montée de la DH en CFA, mon meilleur souvenir »

 

Ce fut lors de la saison 1969-1970. L’AJ Auxerre finit en tête du classement de la division d’honneur avec un bilan de quinze victoires, six matches nuls et une défaite. « On monte pour la première fois en CFA. C’est forcément marquant… », soutient Guy Roux. Ce dernier réalise, en mai 1974, en qualité d’entraîneur, la montée de l’AJA en Division 2. Le 21 mai 1980, les Auxerrois du manager général Guy Roux accèdent en Division 1 en battant l’AS Cannes de la dernière journée. Historique ! 

 

« Le joueur qui m’a marqué le plus ? Cantona » 

 

Guy Roux n’a aucun doute. « Comme entraîneur, le joueur qui m’a marqué le plus restera Eric Cantona. Il était incroyable… ». L’ancien attaquant français est resté cinq saisons en Bourgogne (1983-1988).

 

 

 

 

Partager sur Facebook
Share on Twitter
Please reload

PUBLICITÉ

Capture d’écran 2020-09-22 à 15.33.20.
Capture d’écran 2020-09-25 à 08.42.57.
FLP 45.jpg
Capture d’écran 2020-09-14 à 11.36.55.
Please reload

En savoir plus sur le c onnecté.fr