Paul Heraud va faire une pause de six mois…


Paul Heraud va mettre en veille sa carrière à compter du mois de janvier prochain. Le golfeur de l’AS Vaugouard effectuera un voyage de six mois à Tahiti. Le jeune homme de 24 ans envisage de changer d’air. Et de retrouver ses coéquipiers, à l’été 2020…

Paul Heraud a pris sa décision. « Je pars en janvier à Tahiti avec ma copine… ». Pour jouer au golf ? « Pas du tout. Je compte couper pendant six mois. J’ai envie de voyager et de découvrir autre chose ». Le licencié de l’AS Vaugouard a remporté, dimanche dernier, le Grand Prix de Guérande, en Loire-Atlantique. Un nouveau trophée a donc été ajouté à son actif. Le dixième. Pourtant, rien ne prédisait un tel envol. Le natif de Montargis a grandi. 24 printemps ont passé. Quinze belles années consacrées au golf. « Le temps passe vite. J’ai commencé à l’âge de 9 ans ». Par hasard ! Parce que ses sports de prédilection furent le handball et le tennis (USM Montargis). « Mes parents ne connaissaient rien au golf », glisse-t-il.

Coup de foudre…

Un jour, un ami « de la région parisienne » lui propose de s’essayer au golf. Ce fut un véritable coup de foudre. « C’était dans un jardin. J’avais zéro connaissance à ce sport. Une galère », sourit-il. L’enfant de 9 ans va bientôt s’adonner corps et âme à cette discipline. Puis, Paul passera le « virus » à son père et à sa sœur. Le golf s’invite au cœur des Heraud. « Mon père aurait aimé que je devienne joueur professionnel. Mais je pense que je n’ai pas le niveau pour l’être…», souligne Paul. Humblement. Sa carrière démarre sur des chapeaux de roues. Première compétition, première victoire. « J’avais 13 ans. C’était au Grand Prix de Sully ». Les trophées s’enchaînent. Prix de Vaugouard (2 fois), Augerville (2 fois), Forteresse (2 fois), Royan, Grand Prix de Touraine et enfin Guérande, dimanche dernier. « Que du bonheur. Ce sport me procure énormément de plaisir… », dit-il. Juste une passion. Parce que Paul a choisi son domaine professionnel. « Je suis en études à Tours pour devenir expert-comptable ».

120e français en 2017…

Le Montargis atteint la 120e place française en 2017. « Quand on est situé à ce classement, le professionnalisme, on y pense. Mais c’aurait été trop dur ». Aujourd’hui, le joueur de l’AS Vaugouard se positionne à la 350e place française. « Je prends du plaisir en pratiquant ce sport. Mais sans me prendre la tête. Je ne me fais pas de fixations sur mon avenir sportif», explique Paul Heraud (0,8).

Régularité et mental…

Pour Paul, un bon joueur de golf est un joueur « régulier ». Mais pas que. « Il faut beaucoup de mental et de souplesse. De la coordination, aussi. On peut être bon le samedi et chuter le lendemain », éclaire-t-il. Et d’ajouter : « Quand je joue, je ne supporte pas la pression. Je ne veux pas que mes parents me suivent. Je préfère rester dans ma bulle ». Et c’est là tout le secret de son ascension…

En savoir plus sur le c onnecté.fr