En savoir plus sur lec onnecté.fr

MICHEL MANDEL, GÉRARD GRANDIAU, VOYAGE DANS UN PASSÉ NOSTALGIQUE !

01/08/2019

 Ils ont participé à la victoire de l’USM Montargis contre Rennes en 1961.

 

Michel Mandel (89 ans) et Gérard Grandiau (78 ans). Ces deux noms figurent dans les archives de l’USM Montargis. L’histoire se souvient d’eux. Un fait marquant revient souvent au cœur des conversations des amateurs de football local : USMM – Rennes, en 1961. Ce fut pour le compte des 32e de finale de la Coupe de France. Michel et Gérard se trouvèrent sur le terrain, ce jour-là. Le « Petit Poucet » montargois élimina le club professionnel rennais. Quelle histoire !

 

USM Montargis – Rennes, ce fut plus qu’un match. Un symbole. « On était les petits », raconte Michel Mandel. « Mais on l’a fait avec beaucoup de courage », appuie Gérard Grandiau. L’USMM l’emporta 1 – 0. C’est Raymond Serre qui éteignit des Rennais stupéfaits. « On a chanté dans le car. On s’est retrouvé au bar le Terminus à Montargis », détaillent les deux hommes. 

Michel Mandel et le football, c’est une histoire qui s’esquisse dans les années 40. À Cepoy, précisément. « J’ai été surclassé par Pierre Gaston (entraîneur). Je me suis retrouvé en seniors à 14 ans » , explique-t-il. Mais il change d’air. Le vent le mènera chez les juniors de l’USM Montargis. Puis, ce voyage à Châteaudun fut décisif. « Il manquait un joueurs chez les seniors. On m’a désigné pour le remplacer… ». Sa carrière prend son envol. Il devient titulaire au poste de milieu de terrain en division d’honneur. Ce 8 janvier 1956 restera mémorable. L’USMM dut affronter, à Varennes-Vauzelles (Nièvre… l’Olympique de Marseille (Ligue 1), en 32e de finale de la Coupe de France. Le gardien montargois Ceccho  résiste puis craque face au géant buteur marseillais Gunnar Anderson, le Suédois (1 – 4). « Il y avait 0 – 0 à la mi-temps. Mais la défaite était logique », apporte Michel Mandel. 

Des souvenirs plein la tête

Sept ans plus tard, l’USMM créa donc la sensation à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) face au Stade Rennais, en 32 de finale de la Coupe de France en s’imposant 1 - 0. « J’avais 31 ans. Et toi, Gérard ? », demande Michel Mandel. « 19 ans », répond Gérard Grandiau. L’USMM (DH) affronta ensuite Strasbourg (Ligue 1) en 16e de finale, à Fontainebleau. Pas de miracle, cette fois-ci (0 – 4). « Mais on n’avait pas à rougir de notre élimination », sourit Gérard. 

Tout comme Michel, la carrière de Gérard Grandiau débute à Cepoy. Tout comme Michel, Gérard fut surclassé et… joua en seniors à l’âge de 14 ans. « C’est Jean-François Laurent qui m’a ensuite proposé de rejoindre l’USMM ». Il évolua en cadets, juniors avant d’atterrir en seniors. « Mon premier match en seniors ? Face à Tours ». Le latéral droit quitte l’USMM en 1963. Direction Massy. Où il joua pendant six années. Puis, cap sur Montlhéry (Essonne). La carrière de Gérard Grandiau s’arrête en 1981. «  J’avais  40 ans. Je me suis mis au vélo », note celui qui fit carrière dans l’aéronautique. Aujourd’hui, Gérard, 78 ans, père d’un garçon (Stéphane), mène  « paisiblement » sa vie : « Je suis le football à la télé. Sinon, il m’arrive de retourner au stade Maurice-Béraud ». Michel Mandel, retraité de France Télécom, âgé de 89 ans, père d’Alain, fils unique, a mis fin à sa carrière à l’âge de 34 ans. « Avec de bons souvenirs plein la tête… et beaucoup de nostalgie » concluent-ils. Le sourire au visage.

Partager sur Facebook
Share on Twitter
Please reload

Votre publicité connectée ici !

Découvrez notre offre et nos services

LOGO leConnecte.fr
Please reload