Le 6 juillet aux "instants jeunes" : AVEC JORAN, À LA GENÈSE DE LA « GÂTINAISE TOUCH »


Rencontrer Joran (prononcer « Yoran »), ce n’est plus très évident depuis qu’il a quitté le Gâtinais pour faire ses études à Paris. Mais ce samedi-là il était à Villemandeur pour passer un week-end chez ses parents et rencontrer quelques amis musiciens. Avec lui, qui a 20 ans, je ne m’attendais pas à remonter l’histoire de quelques années pour découvrir une histoire que beaucoup, comme moi, ignorent dans le Gâtinais : celle des jeunes du territoire, la plupart des lycéens, qui se sont rencontrés autour du skate Park de Montargis pour finalement trouver leur voie.

Joran est insatiable sur les rencontres et événements qui ont jalonné l’émergence de ce mouvement qui a fédéré les jeunes montargois, alors que pour tous c’était « #montarlagalère ».

Pour Joran Antoniw la musique ça a commencé très tôt. Dès le CP, il apprend la guitare encouragé par des parents qui attachent de l’importance autant aux sports qu’à l’éducation musicale. Ce n’est pas vraiment un hasard : son père a été régisseur son dans les années 90. Quand il tombe plus tard sur sur une machine permettant de mixer les sons, Joran à la révélation. Et il devient au collège le bon copain qui fait le DJ Geek dans les soirées, car il est un des rares à être équipé de platines de mix, un cadeau de Noël qui va lui permettre de s’exercer. C’est au lycée Durzy que tout va s’accélérer. Comme tous les jeunes du montargois, Joran passent régulièrement au skate Park. Il y fait la rencontre d’autres lycéens du lycée en forêt.

Des « skaters » et autre « BMXers », qui sont souvent également des passionnés de sons. Très rapidement une centaine de jeunes (à part égal entre Durzy et « le LEF ») vont former une petite communauté pour faire des soirées ensemble. Et Joran se retrouve aux platines, comme toujours. Avec un ami il a une idée : mettre du son sur le skate Park pour que l’endroit soit vraiment convivial. Encore faut-il avoir le matériel. Ce n’est pas vraiment réalisable, alors Joran et ses amis tentent d’autres aventures: l’organisation de soirée où la musique électro a toute sa place en bricolant du matériel. Une première soirée est organisée à Oussoy-en-Gâtinais pour fêter… la fin du cancer d’une amie. La fête a été réussie, avec un bémol : les enceintes ont fini par exploser… Yoran crée alors une association informelle pour financer l’achat de matériel et continuer à faire le son dont il rêve avec ses amis.

Ce bouillonement d’idées, d’envies, va le conduire à faire des rencontres avec des anciens de la musique électro et des clubs du montargois, et de découvrir aussi l’ambiance des rave-parties dans le sud de la Seine et Marne. Peu à peu tout devient clair pour Joran : il veut faire sa musique et développer son style. Deux années de suite, en 2016 et 2017 il participe aux « instants jeunes ». En novembre de la même année, une fête d’Halloween rassemble une centaine de jeunes du Gâtinais. C’est un succès, mais pour Joran et pour d’autres c’est aussi le moment de penser… à l’avenir.

La petite communauté va se disperser avec le temps. Après une année sabbatique, pour « réfléchir » et faire de la musique, Joran est aujourd’hui en première année de DN MADE (diplôme national des métiers d'art et du design), une formation de trois ans, équivalent licence. Il se forme à l’éclairage scénique. Pour la musique il préfère « être intuitif » et développe ses productions. Cette année Joran va passer deux fois aux « instants jeunes ». Un premier set sous le nom de Captain midnight, nom de scène et style musical connu, puisque c’est sous ce nom qu’il a déjà joué à Montargis. Mais on le verra également dans la soirée dans un deuxième set sous le nom d’Expected où il jouera ses nouvelles compositions. Le Joran nouveau est arrivé !

Plus d’infos sur Facebook : Expekted

et

https://soundcloud.com/expekted_music

PUBLICITÉ

Capture d’écran 2021-04-08 à 20.11.45.
Capture d’écran 2021-04-08 à 20.23.11.