Le 6 juillet aux "instants jeunes" : Thibault Cousin, alias "Tibor Andeone", un DJ qui en veut !

02/07/2019

Vous pourrez venir le voir aux « instants jeunes ». C’est la deuxième fois qu’il y participe. Thibault a 23 ans et il sait que le chemin va être long. Il veut être DJ professionnel et il fait tout pour réussir. Il ne dort que quatre ou cinq heures par jour pour se donner les moyens de travailler encore et encore sur ses « productions », des morceaux composés spécialement pour « mettre le feu » dans les clubs. Il travaille régulièrement au « News », l’un des clubs les plus connus et actifs du Loiret. Pour vivre, Thibault travaille de jour dans un abattoir à Bellegarde. Mais il garde le sourire et une détermination de tous les instants avec un seul objectif : devenir un DJ reconnu. Rencontre avec un jeune musicien à la fois volontaire et lucide.

« Depuis longtemps, j’adore mixer de la musique électronique. C’est mon oncle qui travaille dans une entreprise dans l’événementiel qui m’a donné envie de faire ça. Mais j’ai aussi fait une école, car je sais qu’on ne peut pas tout savoir par soi-même. Je suis sorti de l’école de DJ UCPA de Poitiers en mars 2017. C’est un apprentissage en alternance : 13 semaines chez un employeur, 10 mois à l’école où on dispose de super matériel. C’est une école gratuite, il faut juste montrer sa très grande motivation et avoir une petite expérience bien sûr. Pour moi, ça a marché. Je suis officiellement un « animateur musical et scénique ». Maintenant ça ne fait pas tout et finalement le plus difficile est à venir : réussir à faire son trou dans le monde de la nuit et des DJ, où personne ne se fait trop de cadeaux. Parce que les places sont chères ! Il y a de moins en moins de clubs en activité. Et forcément il n’y a pas de place pour tout le monde. Sur les 23 étudiants qui étaient dans ma promotion à l’école des DJ, nous ne sommes plus que quatre à persévérer. Être dans ce milieu de la nuit, c’est travailler pour réussir tout en essayant d’avoir une très bonne hygiène de vie. Sinon on ne peut pas tenir longtemps. Moi je fais une petite sieste le jour pour tenir et me ménager. Au News je ne suis pas le « DJ résident » en titre, mais je joue 3 heures de mix dans la nuit. Et ça se prépare sérieusement. Ce qui est gratifiant c’est de pouvoir sortir ses « productions » que l’on a travaillées longtemps au préalable et de sentir le public vibrer. On n’a pas le droit à l’erreur : il faut que le son soit bon et tenir la longueur pendant la soirée. Dans un club, l’ambiance ne doit pas retomber. La semaine, en dehors de mon travail à l’abattoir, Je passe les 3/4 de mon temps libre à créer des morceaux, à les améliorer sans cesse, avec mon style. C’est très dur de percer et d’être reconnu, je le sais. Moi, je veux monter les marches tranquillement. Le monde de la nuit m’a rendu lucide et je me suis endurci. Mais je garde mon objectif : faire un jour une grosse scène. »

Retrouvez les infos sur Facebook : Tibor Andeone

 

Partager sur Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

En savoir plus sur le c onnecté.fr