Épidémie Covid-19 dans le Loiret : toujours à un haut niveau !


Les chiffres du taux d'incidence pour le Loiret sont toujours très hauts et semblent se stabiliser aux alentours de 320 contaminations pour 100.000 habitants, chiffre calculé sur 7 jours glissants. Le chiffre au 16/04 correspond ainsi à la semaine du 10 au 16 avril.

Pourquoi la courbe a fléchi, avec des taux d'incidence en dessous de 300, avant de remonter brutalement ?

Au lendemain de l'annonce du confinement acte 3, et avec le long week-end de Pâques qui a suivi, les habitants du Loiret, comme partout en France, n'ont pas eu beaucoup d 'opportunité de pouvoir se faire tester, ou ont retardé le moment de se faire tester. Résultat, pendant plusieurs jours, le taux d'incidence sur une semaine glissante est passé sous la barre des 300. Une semaine plus tard les chiffres sont revenus à un niveau plus proche de la réalité de la contamination dans le département, car les Loirétains se sont faits tester en nombre et ont, en quelque sorte, "rattrapé le retard". Le niveau du taux d'incidence reste très haut et est supérieur à celui de la Région Centre val de Loire (309) et proche de la moyenne française (343).

Hospitalisations et réanimations, très forte hausse

Les patients qui occupent des lits de réanimation ou qui sont hospitalisés pour Covid-19 sont de plus en plus nombreux. C'est la conséquence, visible deux semaines plus tard, de la très forte hausse des contaminations fin mars. Avec un taux des contaminations toujours très haut depuis 15 jours, les services de soins risquent d'être encore surchargé pendant plusieurs semaines, la décrue à l'hôpital ne s'observant généralement que deux ou trois semaines après l'observation nette d'une réduction des contaminations.

Deuxième quinzaine de mai, le Loiret prêt pour un "déconfinement territorialisé" ?

Dans une interview au quotidien régional Le Télégramme, publiée mardi 20 avril, le ministre de la santé, Olivier Véran, estime que sur le plan national « nous amorçons une décroissance de l’épidémie » depuis cinq jours, mais que « nous sommes toujours à un niveau très élevé de l’épidémie ». Et de préciser les règles qui pourraient prévaloir pour ce confinement annoncé (et espéré !) pour la mi mai : « Je suis ouvert à l’idée d’une approche territoire par territoire dans la levée des mesures de freinage, comme j’y étais favorable lors de leur mise en place ». Il faut rappeler que les premières mesures de freinages, "territorialisées" avant de s'appliquer à toute la France, étaient déclenchées dans un département lorsque le seuil de 250 était franchi concernant le taux d'incidence et lorsque les services hospitaliers risquaient d'être saturés dans les semaines suivantes. Difficile de dire si dans trois semaines le Loiret pourra faire partie des premiers départements qui verront les contraintes sanitaires s'alléger, mais ce n'est pas vraiment la tendance vu les chiffres actuels dans le département. Le Président de la République, Emmanuel Macron, a fixé pour la mi-mai la réouverture des premières terrasses de bar et de restaurant et de lieux culturels, en promettant un protocole sanitaire strict, mais sans fixer de condition sanitaire, ni de chiffre maximal de contaminations comme il l’avait fait à l’automne. « Cela fera l’objet d’annonces en temps voulu », a précisé le ministre de la santé.