Éditorial - Charge mentale à la hausse, comme le prix des carburants


Certaine le savent, d’autres pas. Depuis que nous avons lancé « Tout Près Tout Proche » il y a trois ans, nous avons toujours livré nous-même notre journal gratuit chez nos distributeurs. Ainsi, chaque mois, nous sommes au plus proche des commerçants, de toutes les personnes qui nous soutiennent en plaçant « Tout Près Tout Proche » à dispositions de leurs clients ou visiteurs. Souvent, quand ils ne sont pas occupés avec leur clientèle, nous prenons un petit moment pour discuter avec nos distributeurs. Au fil du temps, avec certains, nous sommes presque devenus des amis, toujours heureux de se retrouver chaque début de mois à la sortie du journal pour faire « un point de situation ». Il faut dire qu’avec la crise sanitaire, d’un mois sur l’autre, avec toutes les péripéties que l’on a connu collectivement, on avait des choses à se dire… Pour désespérer de ne plus pouvoir se projeter, pour se soutenir aussi en espérant des jours meilleurs. Mais peu à peu l’impact de la crise sanitaire sur l’économie, et donc sur les affaires de la plupart des commerces et également chez les artisans a commencé à se faire sentir. Soucis après soucis chacun a vu sa « charge mentale » augmenter au fur et à mesure que les trésoreries diminuaient en décembre, janvier et février. L’invasion de l’Ukraine par la Russie depuis maintenant un mois, avec les conséquences économiques à venir que nous redoutons tous, et que nous avons déjà commencé à subir avec la hausse des prix des carburants et de l’énergie en général, a encore accru cette charge mentale… Dans ce contexte de guerre et de très grande incertitude économique les candidats en campagne pour l’élection présidentielle sont à la peine. Quelles réformes, quel programme économique, quels choix énergétiques proposer aux Français dans une telle situation ? En l’espace d’un mois toutes les règles du jeu semblent une nouvelle fois avoir changé. À quelques jours de l’issue de l’élection présidentielle, quelque soit l’élu(e), je lui souhaite bien du courage pour gouverner cette France qui frise parfois le burn out…


 

PUBLICITÉ




Mots-clés :