• Lyes Baloul

À découvrir, Noël Laborde, le piano comme "sport préféré" !


Il s’appelle Noël Laborde. Il habite à Montargis. Le jeune homme de 25 ans exerce le métier de professeur de piano. Il est également un grand passionné de la pratique du sport. Qui est-il ? Portrait.


C’est au sein d’une famille d’artistes que Noël Laborde voit le jour. « Mon père est prof de piano et chanteur d’opéra. Ma mère est autrichienne. Elle a côtoyé les grands bals de Vienne (Autriche). On a toujours baigné dans la musique… », raconte d’emblée celui qui fréquentait l’école primaire puis le collège de Ferrières-en-Gâtinais. Avant de rejoindre le lycée en Forêt, à Montargis. « J’ai obtenu mon bac ES en 2013… ». Direction l’université d’Ivry, dans l’Essonne. Où il devait suivre un cursus en Musique et Arts du spectacle. « Mais j’ai décidé d’arrêter au bout de deux ans », raconte-t-il.


Le sport de rue, une vocation…


Noël Laborde en est convaincu. « Un jour, alors que je me promenais dans un parc à Ivry, je découvre la musculation de rue. Des équipements sportifs étaient là pour permettre aux gens de pratiquer une activité physique… J’ai aperçu quelqu’un qui faisait des exercices aux barres. Il m’a montré. J’ai ensuite commencé à entreprendre… C’était un tournant et une des raisons pour laquelle j’ai arrêté mes études. Pour me consacrer au sport… », explique-t-il. Parallèlement, il trouve un « job » en CDD chez Danone, à Paris. Puis, il rejoint une banque où il intervient à l’accueil. « J’ai fini par me lasser de la vie parisienne. Je voulais changer d’air, retrouver le calme de la campagne… ». Retour à Ferrières-en-Gâtinais.


Noël et le piano, les inséparables…


De retour dans le Gâtinais, Noël Laborde s’inscrit au Cercle Pasteur (fitness et gymnastique), à Montargis. « Je faisais le trajet Ferrières – Montargis en vélo. Parfois, je prenais le train », sourit-il. Puis, le jeune homme se blesse au niveau du poignet droit en jouant… au piano. Verdict : sept mois d’arrêt. « Plus de sport, plus de piano », raconte Noël. Celui-ci opte pour le décathlon. Pour satisfaire son besoin de la pratique sportive. « Je me posais des questions. Je n’avais pas de diplômes. J’ai essayé de me mettre au commerce. C’était coûteux… ». La solution se cache pourtant au bout de ses doigts. « Mon père me conseille de donner des cours de piano. Il me donne une de ses élèves… C’était vraiment le déclic », concède-t-il.


Le piano, entre passion et profession…

Noël Laborde a côtoyé, l’espace d’un an, le Conservatoire de Montargis. « Je jouais au piano depuis l’âge de 5 ans. J’ai grandi avec… Cet instrument me donne une forte sensation. C’est comme le sport, d’ailleurs. On est à la recherche d’un objectif, de la perfection…». En suivant les conseils de son père, il décide de créer sa propre société. « Je suis en profession libérale depuis 2018. Je donne des cours de piano à domicile. Je transmets mon savoir à mes élèves en les incitant à faire leurs propres interprétations. L’objectif est de les emmener à s’intéresser au piano…», informe-t-il.


Musiques de films, une inspiration…


L’artiste montargois a un faible pour la musique classique. « Je m’inspire de Thomas Bergersen (compositeur autrichien). Il me donne le fil conducteur… ». Les musiques des films donnent, à juste titre, des frissons à Noël Laborde, chanteur qui dispose de ses propres morceaux. Parallèlement, le sport occupe une large place dans la vie du pianiste local. « Je suis au Cercle Pasteur, mais je m’exerce en solo en me basant sur du footing et des exercices à l’extérieur. La pratique physique est un équilibre pour moi… ».

Pratique. Retrouver Noël Laborde sur youtube : « RêveToReality ».